•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société québécoise du cannabis dévoile le concept de ses boutiques

Quelques clients dans un petit commerce, avec un employé derrière un comptoir.

Une image représentant une succursale de la Société québécoise du cannabis.

Photo : Société québécoise du cannabis

Radio-Canada

La Société québécoise du cannabis (SQDC) a dévoilé jeudi le concept de ses boutiques qui ouvriront le 17 octobre, moment où la consommation de marijuana à des fins récréatives deviendra légale.

L'accès aux boutiques sera contrôlé par un gardien de sécurité. Dès l'entrée en magasin, des stations interactives seront disponibles avec beaucoup d'informations et autant de conseils.

« La Société n’a pas une mission commerciale comme la SAQ [NDLR : Société des alcools du Québec], mais bien une mission de santé publique et d’information. C’est ce qu’on fait », affirme le porte-parole de la SQDC, Mathieu Gaudreault, pour expliquer l'environnement de la boutique.

Les clients devront commander leurs produits au comptoir Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une image représentant une future succursale de la Société québécoise du cannabis.

Photo : Courtoisie

La Société offrira 150 produits de cannabis, dans trois catégories : indica, sativa et hybride, tous disponibles au comptoir seulement. Parmi ces produits, le client aura accès à la fleur séchée, la fleur fraîche, les huiles, les gélules, etc.

En tout et selon la loi, un client pourra repartir avec 30 grammes de produit du cannabis.

« Il faut savoir que l’intention du législateur était très claire. La SQDC n’a pas une mission commerciale, mais une mission d’éducation. Notre priorité, c’est ça. Ensuite, c’est d’amener les gens du marché illégal vers le marché légal. Ce n’est pas d’avoir de nouveaux consommateurs », ajoute le porte-parole Mathieu Gaudreault.

Trois catégories de produits seront offerts, indica, sativa et hybride à la Société québécoise du cannabisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une image représentant une future succursale de la Société québécoise du cannabis.

Photo : Courtoisie

Ainsi, la façade des points de vente de la SQDC ne permettra pas aux passants de voir l'intérieur de la boutique. Aucun mineur, même accompagné d'un adulte, ne pourra entrer en magasin.

Les succursales seront éloignées des écoles de 250 mètres en région, 150 mètres à Montréal.

La SQDC vise l'ouverture d'une vingtaine de succursales en octobre au Québec. La vente en ligne sera également offerte dès la légalisation du cannabis.

Schéma représentant une future succursale de la Société québécoise du cannabis. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Schéma représentant une future succursale de la Société québécoise du cannabis.

Photo : Courtoisie

Drogues et stupéfiants

Économie