•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un entrepreneur à la chasse aux retards de Postes Canada

Des colis avant l'envoi vers la destination finale
Des colis avant l'envoi vers la destination finale Photo: Radio-Canada / Maxime Corneau
Radio-Canada

Un entrepreneur de Québec a conçu un programme informatique qui permet à ses clients de repérer facilement les retards dans les envois postaux et de réclamer des remboursements à Postes Canada.

Un texte de Maxime Corneau

Le programme, nommé Buster Fetcher, serait utilisé présentement par près 200 entreprises canadiennes qui œuvrent dans le commerce en ligne.

Plusieurs l’ignorent, mais les frais de livraison des colis envoyés par Postes Canada avec les services colis accéléré, Xpresspost ou priorité sont garantis. En cas de retard, Postes Canada rembourse les frais si le client en fait la demande.

Or, de nombreux entrepreneurs ne prennent pas la peine de faire le suivi et la réclamation, soit par manque de temps, soit par méconnaissance du processus.

« En moyenne, depuis le début du logiciel, on est à 11,56 % [de livraisons en retard]. Ça varie d’un client à un autre », explique l’entrepreneur Mathieu Lessard.

Depuis janvier 2018, 13 800 retards ont été facturés à Postes Canada par l’entremise de son programme informatique.

Buster Fetcher se synchronise aux boutiques en ligne de ses clients. Il fait ensuite automatiquement le suivi des délais de livraison et émet une alerte lorsque la date n’est pas respectée.

Un employé de l’entreprise de M. Lessard effectue ensuite le processus manuel de facturation à Postes Canada. L’entrepreneur retient de 40 % à 50 % du remboursement pour payer ses services.

« Ça aide les clients à accélérer leur croissance. […] On se ramasse avec un budget qu’on peut réinvestir dans notre entreprise », dit fièrement Mathieu Lessard.

Un chèque par mois

Patricia Benoît Bouchard est la propriétaire des boutiques Mlle et Coco, qui distribuent du matériel pour enfants. Elle gère aussi une boutique en ligne qui effectue une centaine d’envois mensuellement. « J’ai une moyenne de 11 % de colis en retard », explique-t-elle, en précisant que son prix d’envoi moyen représente 15 $.

Elle a donc décidé depuis quelques mois de s’abonner au service de M. Lessard. « Étant en affaires, je suis débordée et je n’ai pas le temps de commencer à faire des recherches. »

Elle estime que payer la moitié des remboursements pour le service demeure un avantage puisqu’auparavant elle n’obtenait rien.

« Je trouve ça génial que, même sans mettre de temps là-dessus, je puisse réclamer un certain montant au bout du mois. »

Expansion dans l’air

M. Lessard veut maintenant adapter son programme de surveillance à d’autres compagnies de livraison, comme UPS, Fedex et Puro, qui remboursent aussi les frais de certains services s'il y a des retards.

Il est toutefois conscient que d’autres entreprises au Canada et aux États-Unis s’attaquent à ce marché de surveillance.

Postes Canada a décliné notre demande d’entrevue sur le sujet.

Économie