•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incertitude sur le sort d'une turbine marémotrice dans la baie de Fundy

L'hydrolienne de Cape Sharp Tidal Venture a été déposée dans la baie de Fundy en novembre 2016.

L'hydrolienne de Cape Sharp Tidal Venture a été déposée dans la baie de Fundy en novembre 2016.

Photo : Cape Sharp Tidal Venture

Radio-Canada

Trois semaines après la faillite d'un partenaire dans un projet d'énergie marémotrice dans la baie de Fundy, on ne connaît toujours pas le sort d'une turbine qui repose au fond de l'eau.

Le ministre de l’Énergie de la Nouvelle-Écosse, Derek Mombourquette, indique que le gouvernement n’a pas encore discuté du retrait de cette hydrolienne.

« On peut faire certains gestes, comme ordonner des mesures environnementales, examiner des permis ou donner des amendes. Mais on n’en est pas là encore », affirme-t-il.

Cape Sharp Tidal Venture était un partenariat entre l’entreprise irlandaise OpenHydro et Emera, de la Nouvelle-Écosse. Emera détenait 20 % des parts du projet.

Le 26 juillet, deux jours après que la turbine a été branchée au réseau électrique, OpenHydro a déclaré faillite. Plus tôt cette semaine, Emera a annoncé qu’elle se retirait de Cape Sharp Tidal Venture.

Le sort de l’hydrolienne repose maintenant entre les mains du bureau comptable Grant Thornton, le syndic de faillite d’OpenHydro en Irlande.

Retrait de l'hydrolienne?

Le ministre Mombourquette précise que les entreprises partenaires ont dû faire un dépôt de garantie, dans l’éventualité du retrait de l’hydrolienne. Il ne veut cependant pas en divulguer le montant, pour des raisons de confidentialité.

Le ministre de l'Énergie de la Nouvelle-Écosse, Derek Mombourquette.

Le ministre de l'Énergie de la Nouvelle-Écosse, Derek Mombourquette.

Photo : Radio-Canada / CBC

Même si une autre société achetait la turbine, le gouvernement provincial devrait en approuver la vente. « Le dossier évolue et nous continuerons à prendre des décisions. Mais on n’en est pas encore au point de retirer la turbine de la baie de Fundy », indique Derek Mombourquette.

La turbine ne produit pas d’électricité, mais elle continue de tourner. Elle est isolée du reste du réseau électrique. « J’ai indiqué à tous les intervenants que ça ne peut pas continuer indéfiniment », dit le ministre.

Des pêcheurs inquiets

L'impact environnemental de la turbine est mal connu. Les pêcheurs de la région veulent que l’hydrolienne soit retirée le plus rapidement possible.

Une hydrolienne géante

L'hydrolienne au fond du bassin des Mines ne produit plus d'électricité.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

« C’est une machine à tuer géante qui repose dans le fond de la baie de Fundy, sans qu’il y ait une surveillance environnementale », affirme Colin Sproul, vice-président de l’Association des pêcheurs de la baie de Fundy.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse n’a pas participé financièrement au projet de Cape Sharp Tidal Venture, mais il a investi onze millions de dollars dans le centre de recherche FORCE.

De cette somme, quatre millions de dollars servent à financer cinq projets d’énergie marémotrice dans la région. Cape Sharp Tidal Venture était toutefois la seule à avoir déjà déposé une turbine dans la baie.

Derek Mombourquette croit toujours au potentiel de l’énergie marémotrice de la province et espère attirer de nouveaux partenaires privés.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Environnement