•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mouvement d’opposition contre le bac brun à Saguenay

D'ici trois ans, Montréal pourra traiter tout le compost ramassé auprès des foyers.
Un bac brun à Montréal Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des citoyens se mobilisent afin de bloquer le règlement d'emprunt de 5,5 millions de dollars pour l'achat de bacs bruns à Saguenay.

Du 20 au 24 août, de 9 h à 19 h, les gens qui s’opposent au projet pourront signer le registre dans l’arrondissement de Chicoutimi, au bureau des permis situé derrière la bibliothèque.

Au total, 8022 signatures sont nécessaires pour la tenue d’un référendum.

Chez Gazon Savard, la directrice de la recherche, du développement et de l’environnement, Marcelle Tremblay, estime qu’il existe une alternative beaucoup moins coûteuse que le bac brun.

Son entreprise mène actuellement un projet pilote pour composter directement les matières putrescibles à partir du bac vert.

Jusqu’à maintenant, je n’en connais pas qui sont contents du bac brun. C’est le temps que les personnes se lèvent. Allons démontrer vraiment ce qu’on pense.

Marcelle Tremblay, directrice de la recherche, du développement et de l'environnement chez Gazon Savard

Les deux conseillers municipaux de La Baie, Martin Harvey et Éric Simard, ont voté contre le règlement d’emprunt au dernier conseil municipal.

Ils trouvent que la Ville agit trop vite dans ce dossier. Ils déplorent aussi que le registre ne puisse être signé qu’à Chicoutimi.

Avec les deux conseillers de La Baie qui ont voté contre, il me semble que la logique est qu’on ait au moins la possibilité de faire des signatures à La Baie. Les gens âgés qui n’ont pas de voiture et qui ne veulent pas de bac brun, comment ils vont faire pour signaler leur mécontentement? À Saguenay, on a trois arrondissements. C’est normal que chaque arrondissement ait son mot à dire, soutient Éric Simard.

Une mesure trop coûteuse?

Selon le porte-parole de Saguenay, Jeannot Allard, cette décision a été prise pour une question de coût et de logistique.

Ça demande de former pas mal de personnel. Installer trois bureaux dans trois arrondissements, ça demande d’investir des sommes. On parle d’un montant variant entre 10 000 $ et 15 000 $ supplémentaires par rapport à ce qu’on fait actuellement, souligne Jeannot Allard.

La mairesse Josée Néron contredit cette version. Elle explique plutôt que la Ville n’avait pas vu venir une vague d’opposition.

On n’a pas prévu le coup parce qu’on n’a pas vu de mouvement de masse. Si on avait vu, on n’aurait pas adopté lors du dernier conseil, on se serait donné du temps pour pouvoir prévoir l’ouverture dans les trois arrondissements, relate la mairesse.

Josée Néron ajoute que la prochaine fois, les trois arrondissements auront accès au registre. Pour ce qui est des bacs bruns, elle ajoute qu’il est trop tard pour renverser la vapeur.

D'après les informations de Priscilla Plamondon Lalancette

Saguenay–Lac-St-Jean

Matières résiduelles