•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cancer forcera le péquiste Sylvain Roy à s'absenter de la campagne électorale

Chargement de l’image

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, souffre d'un cancer de la gorge.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le député du Parti québécois dans la circonscription de Bonaventure, en Gaspésie, Sylvain Roy, ratera plus de la moitié de la campagne électorale. Dans une entrevue à Radio-Canada, il révèle souffrir d'un cancer de la gorge qui l'obligera à subir des traitements dès la première semaine de septembre.

Un texte de Sébastien Bovet, chef du Bureau parlementaire à Québec

Ses chances de guérison sont excellentes. Elles sont évaluées à 95 % par ses médecins. Mais les traitements l’affaibliront grandement. Malgré la maladie et ses conséquences, le député sera candidat et veut être réélu le 1er octobre.

L’hiver dernier, Sylvain Roy a remarqué une petite bosse sur le côté gauche de son cou. Il a décidé de consulter un médecin qui lui a annoncé qu’à son avis, il s’agissait d’une tumeur cancéreuse.

Il a toutefois fallu trois biopsies pour en arriver à un diagnostic définitif, ce qui a représenté quatre mois d’attente.

« Je n’ai jamais été malade, je n’ai aucun symptôme, je vais très bien », assure Sylvain Roy.

Le député a toutefois décidé de garder pour lui cette nouvelle préoccupante. « Je ne voulais pas leur faire de peine », dit-il en parlant de sa famille, qui s’apprêtait à célébrer la naissance d’un premier petit-fils et le mariage d’un proche.

Ce n’est que cette semaine que tout le monde a finalement été mis au courant.

« Je ne cherche pas la pitié ou la compassion, je veux de la compréhension. »

— Une citation de  Sylvain Roy

Candidat malgré tout

Avec un pronostic encourageant, le député n’a pas beaucoup hésité avant de décider de mener la bataille électorale en même temps que le combat contre la maladie. Il veut pouvoir être traité tout en ayant la chance de continuer son travail après une convalescence qui pourrait durer six mois.

Il admet que le contexte est particulier. « C’est inédit, c’est étrange. J’ai le droit de me faire soigner pour pouvoir continuer », affirme-t-il.

Sylvain Roy s’en remet à ses médecins pour le choix du moment de ses traitements, qui coïncident avec la période électorale. « Ce n’est pas la queue qui secoue le chat. Chaque jour de perdu peut être dangereux. On y va au plus sacrant pour se débarrasser de ça pour revenir », affirme-t-il.

Un plan de contingence a déjà été élaboré pour combler l’absence de M. Roy pendant la campagne électorale. Ses collègues Harold Lebel, de Rimouski, et Pascal Bérubé, de Matane, passeront du temps dans la circonscription de Bonaventure pour tenter de convaincre les électeurs de voter pour le Parti québécois.

La circonscription de Bonaventure a longtemps été libérale, avec Gérard D. Lévesque et Nathalie Normandeau comme députés, avant de basculer au PQ en 2012.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !