•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Une erreur historique sur le nom du pont Champlain de Montréal?

    Vue aérienne du pont Champlain et du centre-ville de Montréal
    Le gouvernement fédéral veut corriger le nom du pont Champlain. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Dans la région de Montréal, on trouve les ponts Jacques-Cartier, Honoré-Mercier, Charles-de-Gaulle et... Champlain. Le gouvernement fédéral envisage de corriger cette erreur toponymique en ajoutant le prénom Samuel au pont actuellement en construction. Ce n'est pas la première fois que l'appellation de l'ouvrage, inauguré en 1962, fait parler d'elle.

    Ottawa omet un prénom

    En 1958, le gouvernement fédéral choisit d’associer le nom du fondateur de la ville de Québec au pont qui reliera l’île de Montréal à la ville de Brossard située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent. Le raisonnement semble logique.

    Samuel de Champlain est considéré comme le père de la Nouvelle-France. Explorateur infatigable, il a cartographié les contours de l’île de Montréal en 1632. Un argument supplémentaire est qu’à quelques kilomètres à l’est se trouve le pont Jacques-Cartier. C'est le nom de celui qui a découvert le Canada.

    Associer ces deux explorateurs à des liens de communication aussi importants semble aller de soi. Mais en 1962, le nouveau pont est baptisé tout simplement Champlain. Le prénom Samuel n’y figure pas. C’est une erreur toponymique reconnue d’ailleurs par le gouvernement canadien.

    Ottawa voudrait maintenant corriger cette erreur. Plusieurs conseils municipaux de villes de la région de Montréal, auxquels s'ajoutent une multitude d'historiens, appuient cette décision. L'idée ne devrait donc pas soulever de tempête politique. Une situation qui contraste grandement avec celle de 2014, quand l'administration fédérale a fait une proposition tout à fait différente.

    Troquer Samuel de Champlain contre Maurice Richard?

    En 2014, le gouvernement fédéral suggère de renoncer au nom de Samuel de Champlain. Le gouvernement de Stephen Harper souhaite désigner le nouvel ouvrage du nom d’un des plus grands sportifs de l’histoire canadienne : Maurice Richard.

    La proposition provoque un barrage d’opposition. C’est ce que rappelle le journaliste François Cormier dans un reportage présenté au Téléjournal Grand Montréal animé par Patrice Roy le 3 novembre 2014.

    Téléjournal Grand Montréal, 3 novembre 2014

    Le journaliste souligne que la proposition soulève beaucoup de controverse. C'est particulièrement vrai au Québec, où l'on déplore le peu de cas qu'accorde le fédéral à la contribution de Samuel de Champlain à l’histoire du Canada.

    De plus, on soupçonne le gouvernement Harper de manipulation politique. Une désignation complètement différente donnerait l’impression que le nouveau pont n’en est pas un de remplacement. On se demande si cette modification ne pourrait pas aussi justifier que l’on fasse passer la facture de la construction aux automobilistes.

    La tentative d'effacement du nom de Samuel de Champlain fait du bruit même de l’autre côté de l’Atlantique. En France, le président de la République François Hollande s’apprête alors à commencer une visite officielle au Canada.

    Dans un discours prononcé à la Chambre des communes, le président français ne se gêne pas pour rappeler l’importance qu’a eue Samuel de Champlain dans la fondation du Canada.

    Le gouvernement Harper se voit dans l'obligation de reculer. Une retraite d'autant plus inévitable que la famille de Maurice Richard est embarrassée par cette controverse générée par Ottawa.

    En 2018, le changement de nom du pont Champlain ne devrait pas soulever les passions. Mais le gouvernement canadien est prêt à toute éventualité.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société