•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suzanne Clément continue de faire sa marque en France avec Le rire de ma mère

Une femme enlace un adolescent alors qu'ils sont debout dans une voiture.
Suzanne Clément et Igo Van Dessel dans une scène du film Le rire de ma mère Photo: La Belle Company
Radio-Canada

Suzanne Clément habite maintenant en France. Toutefois, elle est de retour au Québec pour la sortie du film Le rire de ma mère, son huitième de l'autre côté de l'Atlantique.

En entrevue à Gravel le matin, mercredi, l'actrice a parlé du long métrage de Colombe Savignac et Pascal Ralite qui a été bien accueilli en France lors de sa sortie en janvier et dans lequel la mort est un thème majeur.

La comédienne Suzanne Clément en studio devant un microLa comédienne Suzanne Clément. Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Dans Le rire de ma mère, Suzanne Clément joue le rôle de Marie, femme très malade et mère d’un adolescent, Adrien. Elle est demeurée proche de Romain, son ex-mari et père de son fils.

C’est un film sur la vie finalement. […] J’ai côtoyé des gens qui étaient près de la mort et je me rendais compte à quel point on se sent ultra-vivant.

L’approche de la mort qui nous pousse à vivre

Interrogée par Alain Gravel au sujet de sa propre mort, Suzanne Clément indique qu'elle pense plus à la fin de sa vie depuis le début de sa quarantaine.

C’est beaucoup un désir de tout faire. J’ai réalisé à quel point je n’avais qu’une vie […] et qu’elle va se terminer. Ça m’a obsédée un peu pendant un temps, mais d’une bonne façon, car ça m’a donné envie de faire plein de choses.

La comédienne souligne qu'en plus d'aborder le sujet de la mort, qui peut arriver plus tôt que prévu, le film évoque aussi la question de laisser un enfant derrière. « Comment le laisses-tu? Ça me chavire complètement. »

Une comédienne libre et indépendante

Connue pour ses films avec Xavier Dolan (Mommy, Laurence Anyways), Suzanne Clément, ces dernières années, a voulu explorer d'autres univers, se tournant notamment vers la France. Cette envie s’est déclarée à l’aube de la quarantaine de la comédienne qui fêtera ses 50 ans en 2019.

Elle avait d'ailleurs surpris tout le monde en quittant la populaire série Unité 9 (dont la fin a été annoncée hier) après la première saison, en 2013, laissant le rôle de Shandy Galarneau à Catherine-Anne Toupin.

L'actrice a des cheveux frisés blonds et regarde dans le vague.Suzanne Clément dans Unité 9 Photo : Aetios production

Si elle se promenait entre la France et le Québec ces dernières années, elle habite maintenant la capitale française. « J’ai un appartement fixe à Paris. Pour les Français, il a fallu que je le dise, même si ça fait huit ans que je suis là-bas plus souvent qu’ici. »

Cependant, elle avoue que la vie à Paris est intense. « C’est une ville dont il faut se reposer de temps en temps. » Ce qu’elle fait en venant à Montréal.

Suzanne Clément et les accents

Dans ce long métrage, Suzanne Clément n’a aucune trace d’accent québécois. Elle explique qu’il est nécessaire d’avoir l’accent français si l'on veut jouer en France.

C’est presque deux langues. Changer d’accent, ça fait partie du métier d’actrice. Ce n’est pas juste moi qui dis ça. Les acteurs qui font l’école de théâtre, il faut qu’ils gomment leur accent québécois ou marseillais pour faire du Shakespeare ou du Molière. Mais, c’est vrai que l’accent français est plus complexe qu’on pense. Ce n’est pas seulement les sonorités, ce sont les structures de phrase et le rythme.

Avec Le rire de ma mère, Colombe Savignac et Pascal Ralite coréalisent leur premier long métrage. Sorti en France au début 2018, le film sera en salle au Québec vendredi. Pascal Demolon, Sabrina Seyvecou et Igor Van Dessel font aussi partie de la distribution.

Un homme et une femme entourent un adolescent et rient.Pascal Demolon, Igor Van Dessel et Suzanne Clément dans une scène du film Le rire de ma mère Photo : THIERRY VALLETOUX

Cinéma

Arts