•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Twitter suspend Alex Jones pour une semaine

Alex Jones, un micro à la main, s'adresse à une foule.

Alex Jones lors d'un rallye en 2016.

Photo : Reuters / Lucas Jackson

Radio-Canada

Le conspirationniste Alex Jones a été suspendu de Twitter pour une semaine pour avoir incité à la violence dans l'un de ses messages. Cette punition arrive une semaine après le bannissement de son balado par Apple, YouTube, Facebook et Spotify.

Cette suspension survient après que le fondateur du site conspirationniste Infowars a publié un message contenant un lien vers une vidéo de son balado dans laquelle il encourage ses auditeurs à « agir contre les ennemis [des États-Unis] ». M. Jones désigne les antifas, les médias de masse et les communistes chinois comme faisant partie des ennemis.

« Les gens doivent garder leurs fusils de combat prêts à proximité de leur lit et ils doivent se préparer », a déclaré Alex Jones dans cette vidéo.

Un porte-parole de Twitter a confirmé au New York Times que le tweet d’Alex Jones enfreignait les règles du réseau social, mais n’a pas voulu émettre d’autres commentaires.

Alex Jones s’est défendu (Nouvelle fenêtre) d’avoir incité à la violence, dans une vidéo publiée sur Periscope et relayée par le compte Twitter d’Infowars. « Nous ne voulons pas de violence, a-t-il affirmé. Les antifas disent qu’ils vont se rendre dans les maisons des gens. Ils ont publié les adresses de policiers fédéraux, de juges, de républicains [...]. Alors j’ai dit que les gens feraient mieux de se tenir prêts à se défendre s’ils se mettent à voir de la violence. »

Le compte d’Alex Jones reste visible, mais l’animateur d’extrême droite ne peut plus publier de messages jusqu’à la fin de la sanction. Le compte d’Infowars reste quant à lui actif.

Un premier pas timide pour Twitter

La suspension du compte Twitter de M. Jones suit la suppression de son balado de plusieurs plateformes importantes, dont YouTube, Facebook, Spotify et certaines d’Apple et de Google. Twitter avait alors fait bande à part en refusant de bannir Alex Jones au motif que ses messages ne contrevenaient pas aux politiques du site.

Plusieurs sites d’information, dont CNN, ont par la suite découvert qu’au moins six messages d’Alex Jones enfreignaient catégoriquement les règles de Twitter. L’entreprise aurait demandé à l’animateur de supprimer ces micromessages, rapporte le New York Times.

Infowars et son animateur sont connus pour propager des fausses nouvelles et des théories du complot, dont celle selon laquelle la tuerie survenue à l’École primaire Sandy Hook a été mise en scène. M. Jones est actuellement poursuivi par des parents de victimes de cette fusillade, qui disent avoir été visés par des menaces de mort de la part de partisans d’Infowars.

Avec les informations de The New York Times, et BBC News

Réseaux sociaux

Techno