•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Quand Québec fut l’hôte de Churchill et Roosevelt

    Le premier ministre canadien Mackenzie King, le premier ministre britannique Winston Churchill et le président américain Franklin D. Roosevelt sont assis devant le Château Frontenac avec des généraux debout derrière eux.
    La première Conférence de Québec réunit Winston Churchill, Franklin Delano Roosevelt et Mackenzie King à Québec en août 1943. Photo: Radio-Canada / Reportage de l'émission Le Point Médias du 13 août 1993
    Radio-Canada

    Il y a 75 ans, en août 1943, la première Conférence de Québec réunissait Winston Churchill, Franklin Delano Roosevelt et Mackenzie King au Château Frontenac. L'objectif de la rencontre : mettre au point les prochaines stratégies militaires pour accélérer la fin de la Seconde Guerre mondiale. Replongez en archives dans l'histoire de cette conférence cruciale.

    Le premier ministre canadien Mackenzie King est l'hôte de la rencontre qui réunit le premier ministre britannique Winston Churchill et le président américain Franklin D. Roosevelt.

    Ce rassemblement de grande envergure n’a été planifié qu’à la dernière minute. Le 4 août, il est déterminé que Churchill et Roosevelt veulent se rencontrer rapidement pour discuter de stratégies.

    Le Château Frontenac est alors réquisitionné par le gouvernement canadien afin d’y loger les dirigeants et leurs États-majors. Personne hors de ces délégations ne peut y séjourner.

    Quelques jours plus tard, les premiers conseillers militaires arrivent. La conférence, dont le nom de code est Quadrant, se tient également à la Citadelle de Québec.

    Dans une de nos rares archives audio de l’époque, un journaliste décrit l'arrivée d’Anthony Eden, ministre des Affaires étrangères de la Grande-Bretagne, à Québec le 18 août 1943. Devant une foule de curieux et de journalistes venus des quatre coins du monde, le ministre amerrit sur le fleuve Saint-Laurent.

    Monsieur Eden et d’autres membres du Cabinet britannique auront choisi le mode de transport le plus pittoresque et leur arrivée fera époque dans les annales de Québec qui, pourtant, depuis plusieurs jours, a assisté à des arrivées sensationnelles.

    Journaliste inconnu
    Reportage sur l'arrivée d'Anthony Eden à Québec (audio), 18 août 1943

    Le président américain arrive le 18 août. Dans les jours qui suivent, Roosevelt et Churchill étudient et planifient les opérations offensives des Alliés.

    À l’ordre du jour de la Conférence, c’était de faire les plans pour l’invasion de l’Italie en partant de la Sicile et les Canadiens étaient très engagés dans ça.

    Françoise Côté, journaliste

    Il faut rappeler que la rencontre d'août 1943 a lieu une quinzaine de jours après le débarquement du 10 juillet en Sicile. L’île est donc sous le contrôle des Alliés lorsque le plan pour l'invasion italienne est mis en place.

    C’est également au cours de la Conférence que les chefs d’État fixent le moment de l'invasion de Normandie. Connu sous le nom de Jour J, le débarquement est prévu pour le mois de mai 1944.

    Le sommet stratégique se veut déterminant pour reprendre l’avantage sur les ennemis de l’Axe.

    La journaliste Françoise Côté a assisté à la conférence de Québec de 1943. Elle raconte le déroulement de l’événement à la journaliste Francine Bastien à l’émission Le Point Médias du 13 août 1993.

    Elle évoque également l’anecdote de l’oubli du document confidentiel officiel détaillant les plans du débarquement de Normandie.

    Le Point Médias, 13 août 1993

    Au cours de la guerre, les chefs des forces alliées se rencontrent lors de conférences diplomatiques à une douzaine de reprises.

    Une seconde Conférence de Québec a lieu l’année suivante, en septembre 1944, avec les mêmes protagonistes. L'objectif est d'unir les forces pour vaincre le Japon.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société