•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le présumé tireur de Fredericton se comportait parfois comme un enfant, selon des connaissances

Matthew Vincent Raymond entouré d'autres jeunes

Matthew Vincent Raymond (au centre) dans une photographie tirée de l'album souvenir de 1988 de l'école secondaire anglophone de Fredericton.

Photo : Gracieuseté

Radio-Canada

Un ancien collègue de Matthew Vincent Raymond le décrit comme un homme heureux, mais qui pouvait s'emporter facilement.

Matthew Raymond, 48 ans, est accusé d’avoir tué quatre personnes à Fredericton, dont deux policiers, lors d’une fusillade vendredi dernier.

Curtis Carr affirme qu’il a travaillé avec lui au centre Aitken, de l'Université du Nouveau-Brunswick, il y a environ 4 ans. M. Carr est aussi un cousin de Donnie Robichaud, l’une des victimes de la fusillade.

Lorsqu’il conduisait la surfaceuse sur la patinoire, précise M. Carr, Matthew Raymond l’aidait souvent en déplaçant les filets de hockey et en nettoyant les vestiaires.

Il se souvient d’un incident au cours duquel Matthew Raymond a lancé des injures à des enfants qui étaient restés sur la patinoire plus longtemps que permis. Il lui a fallu un certain temps pour se calmer après cela, selon M. Carr.

Curtis Carr ne travaille plus au centre Aitken. Il estime que Matthew Raymond et lui ont travaillé à cet endroit pendant un an ou deux.

Curtis Carr en entrevueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Curtis Carr explique que Matthew Vincent Raymond semblait agir comme un enfant quand il l'avait connu lorsqu'ils travaillaient au centre Aitken.

Photo : CBC

L’Université du Nouveau-Brunswick ne peut confirmer ou réfuter qu’elle a employé une personne sans le consentement de cette dernière, affirme la porte-parole Sonya Gilks.

Quatre accusations de meurtre prémédité pèsent sur Matthew Raymond pour la mort des policiers Robb Costello, 45 ans, et Sara Burns, 43 ans, ainsi que des civils Donnie Robichaud, 42 ans, et Bobbie Lee Wright, 32 ans.

Les policiers soutiennent que l’accusé a abattu ces personnes avec une arme d’épaule en tirant par la fenêtre de son appartement, promenade Brookside. Matthew Raymond, blessé durant la fusillade, se trouve à l’hôpital.

« Il agissait comme un enfant »

Beth Hoyt, une amie d’enfance de Matthew Raymond, affirme que la mère de ce dernier lui demandait souvent de l’aider à le convaincre de sortir du sous-sol où il jouait à des jeux vidéo qui semblaient beaucoup l’accaparer.

Un autre ami, Stephen Carter, dit qu’il se préoccupait aussi du temps que Matthew Raymond passait à jouer à des jeux vidéo.

Matthew Raymond parlait souvent de ces jeux, au point où son ancien collègue Curtis Carr se demandait s’il les confondait avec la réalité. M. Carr souligne que Matthew Raymond avait parlé de certaines prouesses réalisées en moto, et qu’il a compris plus tard que c’était dans un jeu vidéo. Il parlait des jeux comme s’il les vivait, dit-il.

Curtis Carr avait aussi remarqué que Matthew Raymond ne parlait jamais d’activités quotidiennes, comme faire des courses ou sortir avec des amis. « Il agissait comme un enfant », affirme M. Carr.

Le service policier de Fredericton dit que Matthew Raymond détenait un permis de possession d’arme à feu et qu’il s’était légalement procuré celle qu’il est accusé d’avoir utilisée durant la fusillade.

Un homme charmant, selon une voisine

D’autres gens qui le connaissent le décrivent comme étant plutôt amical. Joyce Sullivan, qui habite dans l’appartement en face du sien, explique qu’il se présentait bien, et qu’il était courtois et gentil avec elle lorsqu’elle lui parlait.

Joyce Sullivan en entrevue dans la rueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joyce Sullivan, voisine de Matthew Raymond Sullivan, affirme que ce dernier était courtois et gentil avec elle.

Photo : CBC

Il était un homme charmant quand on lui parlait, selon elle.

Quant à la fusillade, Joyce Sullivan dit qu’elle aimerait aller à l’hôpital pour demander à Matthew Raymond ce qui s’est passé, car elle a du mal à comprendre et n’arrive pas à y croire.

D'après un reportage de Karissa Donkin

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Société