•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accepter les pleurs inexplicables de bébé éloigne le danger

Visage d'un bébé qui pleure.

Les bébés de moins de 2 ans peuvent beaucoup pleurer sans pour autant souffrir, affirme le Dr Barr.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) et de l'Hôpital pour enfants de la province montre que le fait d'aider les parents à comprendre pourquoi leurs nourrissons ont des crises de pleurs réduit de plus d'un tiers les cas de syndrome du bébé secoué.

L'étude a suivi les résultats d'un programme, établi en 2009 consistant à fournir des informations pédagogiques aux nouveaux parents dans les maternités et pendant les soins post-partum.

Il s'avère que ce programme a réduit de 35 % le nombre de nourrissons de moins de 2 ans qui arrivent aux urgences de la province.

D'après le Dr Ron Barr, qui a participé à la création de ce programme, intitulé Period of PURPLE Crying, il n'y a désormais que 6 ou 7 cas de syndrome de bébé secoué par an, alors que la Colombie-Britannique en dénombrait 10 à 11 auparavant.

Souvent, les nouveaux parents n’ont pas une bonne idée de ce qui se présentera dans les deux, trois ou cinq premiers mois de la vie du bébé.

Ron Barr, pédiatre et professeur émérite à la faculté de médecine de l'UBC

L’objectif de ce programme est d’enseigner aux parents que les pleurs, aussi inexplicables qu’ils puissent être, sont une phase normale du développement de leur enfant.

Peu importe ce que font les parents - ils peuvent être des parents parfaits et excellents pour apaiser leurs bébés -, il y a une certaine quantité de pleurs qui les rendent inconsolables.

Ron Barr, pédiatre spécialisé en développement et professeur émérite de la faculté de médecine de l’UBC

Voir son bébé pleurer intensément et sans arrêt peut plonger les parents dans une détresse qui les conduit à secouer leur bébé, ce qui peut provoquer des blessures graves ou même la mort.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !