•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nageuse perd un doigt dans un parc aquatique d’Edmonton

Parc aquatique du West Edmonton Mall : une grande piscine couverte avec beaucoup de monde et des toboggans dans le fond.
C'est en prenant son élan pour emprunter le toboggan en spirale que la femme a été blessée. Photo: La Presse canadienne / Presse canadienne

Une femme de Saskatoon a dû être amputée de l'annulaire droit après que sa bague se fut accrochée à l'entrée d'un toboggan du parc aquatique du West Edmonton Mall, le 8 août.

Claire Clark, qui accompagnait sa petite-fille à la piscine pour son anniversaire, avait décidé d'emprunter le toboggan en tire-bouchon. C’est en prenant appui sur le haut du tuyau que sa bague se serait accrochée dans ce qu’elle pense être une fine couche de mousse.

La femme de 59 ans dit avoir immédiatement réalisé qu’elle s’était blessée et avoir essayé de maintenir sa main hors de l’eau pendant qu’elle glissait. C’est en arrivant au bout du tunnel qu’elle a réalisé l’ampleur de la blessure.

La première articulation depuis l'ongle de l’annulaire de la main droite était arrachée, et on voyait l’os sur le reste du doigt. On pouvait dire où l’anneau s'était accroché.

Claire Clark

Les maîtres nageurs ont immédiatement arrêté le toboggan et l’un d’entre eux est allé dans la piscine pour retrouver le morceau de doigt et l’anneau. Arrivée à l’hôpital, Claire Clark a appris que sa blessure est ce qu'on appelle un dégantage, c'est-à-dire que sa peau avait été arrachée des muscles sous-cutanés, des tissus conjonctifs et de l’os.

En premier plan : la main droite de Claire Clark avec des pansements sur la base de l'annulaire maintenu en l'air pour la photo. Le corps de Claire Clark est étendu sur un brancard en arrière-plan.La femme de 59 ans a dû être amputée du doigt. Photo : Claire Clark

Il me reste peut-être un quart de pouce [de mon doigt].

Claire Clark

La Saskatoonaise a dû être amputée du doigt. Elle prend des antibiotiques et des antidouleurs, et espère que ses points de suture lui seront retirés la semaine prochaine.

Des avertissements insuffisants

Claire Clarke est convaincue que les membres du personnel au départ du toboggan qui surveillent les personnes qui descendent devraient avertir celles qui portent des bijoux des risques qu’elles courent.

Ma bague était grosse et [le personnel] pouvait facilement le voir.

Claire Clark

Des panneaux sont disposés autour de l’eau avertissant les gens qu'ils ne doivent pas porter de bijoux, mais Claire Clark affirme ne pas avoir pu les lire, car elle n’avait pas ses lunettes sur elle. Elle dit cependant avoir vu d’autres personnes porter des bijoux dans le parc aquatique ce jour-là.

Je n’y retournerai jamais. J’ai un peu trop peur, maintenant.

Claire Clark

Bien que la Saskatoonaise reste effrayée après son accident, elle pense que les parcs aquatiques sont en grande majorité sécurisés. Elle dit n’avoir jamais pensé que porter un bijou dans un parc aquatique pouvait mener à des blessures aussi graves.

Claire Clark a reçu un appel d’une personne du centre aquatique qui lui présentait des excuses et lui demandait comment elle allait.

Avec les informations de u

Saskatchewan

Accidents et catastrophes