•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des initiatives de Saskatoon dans la mire d'une équipe de cinéastes de Montréal

Trois images différentes des organismes de Saskatoon. On y voit une tavble à l'extérieur dans un festival avec des objets à louer de Library of Things, une affiche de STR8 UP ainsi que deux femmes qui parlent dans un cabinet d'une clinique.
Les organismes Library of Things, STR8 UP et Switch ont été sélectionnés par une équipe de Montréal qui souhaite réaliser des documentaires à leur sujet. Photo: soumises par Library of Things et Switch
Radio-Canada

Trois organismes de Saskatoon ont retenu l'attention de cinéastes qui traversent le Canada pour réaliser des documentaires centrés sur 15 initiatives sociales inspirantes.

Les cinéastes de l’entreprise sociale Luminance sont à Saskatoon cette semaine pour tourner trois documentaires. L'équipe de cinéastes de Montréal se donne comme objectif de produire des documentaires pour inspirer les gens à améliorer le monde.

En Saskatchewan, Luminance a décidé d'aller à la rencontre des membres de l’organisme qui aide les jeunes à sortir des gangs de rue, STR8 UP, de ceux de l’organisme Library of things, une bibliothèque permettant d'emprunter des outils gérée par des bénévoles ainsi que de ceux de l'organisme sans but lucratif Switch, un centre médical géré entièrement par des étudiants.

Tina Tenneriello parle en entrevue devant un fond noir.Tina Tenneriello réalisara un documentaire notamment sur l'organisme de santé communautaire Switch qui est une clinique entièrement gérée par des étudiants. Photo : Radio-Canada

« On a vraiment été interpellé par ces sujets-là parce que ce sont des initiatives innovatrices qui ont un impact sur la communauté », explique la réalisatrice, Tina Tenneriello. Cette dernière dit être inspirée par les rencontres faites à Saskatoon.

« On a parlé à trois personnes qui étaient absolument inspirantes qui nous ont appris des leçons de vie vraiment incroyables », comme l'ajoute la réalisatrice, notamment à propos de l'organisme STR8 UP.

Ça m'est arrivé de me sentir très émue.

Tina Tenneriello, réalisatrice

« C'est très éducatif, ça nous ouvre les yeux. Des fois, c'est difficile à entendre, mais c'est important de partager ces histoires-là parce qu'on veut aussi présenter des solutions », explique-t-elle. « Voici une solution qui fonctionne à Saskatoon, alors peut-être qu’on pourrait prendre cette solution-là et essayer de l'incorporer à travers le pays ».

La réalisatrice explique que Luminance se donne aussi comme mandat de raconter des histoires qui suscitent de l'optimiste. C’est ce qui a d’ailleurs séduit l’organisme STR8 UP quand il a accepté de participer au projet documentaire.

Son cofondateur, l'abbé André Poilièvre, espère que le modèle de STR8 UP pourra justement inspirer d’autres communautés au pays. « Il y a d'autres personnes qui cherchent des moyens, des méthodes pour attirer des membres de gangs qui veulent abandonner ce style de vie parce que le besoin est là », dit-il.

L'abbé André Poilièvre parle en entrevue devant une maison dans un temps ensoleillé.L'abbé André Poilièvre explique qu'une des particularités de son organisme est de s'adresser principalement, mais pas uniquement, aux communautés autochtones. Photo : Radio-Canada

« Quand les gens sont prêts à sortir d'un gang de rue, ils [STR8 UP] sont là pour leur offrir du soutien, de l'amour, pour leur offrir des opportunités de travail aussi. Ils vont aller faire des visites dans les prisons pour leur dire : "Vous n'êtes pas seuls, et puis quand vous sortez, on est là pour vous aider." », explique Tina Tenneriello.

L’équipe de Luminance a également été séduite par Library of things, une bibliothèque permettant d'emprunter des outils. La réalisatrice précise que, selon elle, cette initiative renforce les liens communautaires.

« Avant, quand on avait besoin de quelque chose, il y avait beaucoup plus de sens communautaire. On pouvait aller cogner à la porte de notre voisin pour lui demander s’il avait du sucre, et maintenant on perd ce sentiment de communauté », déplore-t-elle.

« C'est aussi une très belle solution contre le gaspillage parce que combien de fois on achète quelque chose, puis on l'utilise une fois puis on le jette », ajoute-t-elle.

La réalisatrice rapporte que les documentaires seront diffusés sur la plateforme de Lumimance en novembre prochain.

Saskatchewan

Engagement communautaire