•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment la fumée des feux de forêt nous affecte-t-elle?

Vue brouillée par la fumée du pont Cambie, à Vancouver.

La présence d'une forte concentration de particules dues à la fumée dans l'air a un effet sur la visibilité à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Tina Lovgreen

Radio-Canada

La fumée des incendies de forêt qui brûlent à travers la Colombie-Britannique a des conséquences sur la qualité de l'air dans une grande partie de la province. D'une personne à l'autre, les effets de la fumée peuvent varier, allant du léger malaise à des difficultés respiratoires graves.

Selon le Paul Hasselback, médecin en santé publique dans le centre de l’île de Vancouver, tout le monde est susceptible de ressentir les effets de la mauvaise qualité de l’air. « Cela dépend de la quantité de fumée, chacun ayant un niveau de sensibilité différent », explique-t-il.

L’état de santé et l’âge font partie des facteurs qui peuvent influer sur la façon dont un individu est affecté. Les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes qui souffrent de diabète ou de maladies cardiaques ou respiratoires sont particulièrement à risque.

Même les gens en bonne santé

Lorsque la concentration de particules dues à la fumée dans l’air est suffisamment élevée, les personnes en bonne santé peuvent ressentir des picotements aux yeux, au nez ou dans la gorge. La toux et les éternuements sont également des symptômes fréquents dans de tels cas.

De plus, les effets de la fumée sur le corps peuvent avoir un effet sur la qualité du sommeil, indique le Dr Hasselback.

Il recommande au public de se familiariser avec la cote « air santé », une échelle établie par Environnement Canada pour évaluer les risques liés à la pollution de l’air.

Une carte de la Colombie-Britannique avec des points de couleurs. Quesnel est actuellement la région où le risque est le plus élevé. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La côte « air santé » permet de déterminer le niveau de risque lié à la pollution dans l'air. En date de mardi, Environnement Canada et le gouvernement de la Colombie-Britannique considèrent que le risque est élevé à très élevé dans les régions marquées d'un point rouge. Plus le point est foncé, plus la côte est élevée.

Photo : Gouvernement de la Colombie-Britannique

« Il n’y a pas de niveau qui est sécuritaire, à moins que la cote ne soit de zéro, dit-il. Plus la cote est élevée, plus il y a de risques qu’un individu présente des symptômes, et plus la proportion de personnes qui ressentent des symptômes est élevée. »

Le Dr Hasselback croit que chacun devrait être en mesure de définir à partir de quel niveau apparaissent les symptômes, pour ajuster sa routine en conséquence.

Risques élevés pour certains

Comparativement à d’autres formes de pollution de l’air, notamment celle causée par le trafic aérien, la pollution liée à la fumée des incendies de forêt a l’avantage d’être temporaire, soutient le Dr Hasselback.

Il rappelle toutefois que l’exposition répétée à la fumée peut mener à d’importants problèmes de santé. « Il peut y avoir des effets sur la capacité respiratoire et l'apparition de problèmes cardiaques », précise-t-il.

Il ajoute que les personnes qui souffrent déjà de maladies chroniques devraient bien connaître leur état de santé. « Elles devraient avoir réfléchi à ce qu'elles doivent faire dans des situations où leurs symptômes s’aggravent, dit-il. Elles devraient également savoir à quel moment elles doivent consulter. »

Le Dr Hasselback rappelle que, s’il faut surveiller son propre état de santé, il est tout aussi important, dans les conditions actuelles, de s’assurer que ses voisins et ses proches se portent bien, parce que certaines personnes plus vulnérables pourraient avoir besoin d’aide.

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement