•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En conclusion de la session d'été, Doug Ford réduit le conseil municipal de Toronto

Deux hommes se parlent debout dans un bureau.
Le maire de Toronto John Tory (à g.) et le premier ministre Doug Ford (archives) Photo: La Presse canadienne / Tijana Martin
CBC News

Les progressistes-conservateurs de Doug Ford ont approuvé un plan visant à réduire le nombre de conseillers municipaux de Toronto de 47 à 25 avant les élections municipales d'octobre.

Le gouvernement a adopté mardi après-midi à Queen's Park le projet de loi en ce sens. Les partis d’opposition ont condamné cette décision, la qualifiant d’antidémocratique.

La loi harmonise la carte des quartiers de Toronto avec les circonscriptions provinciales.

Le maire John Tory et la majorité des conseillers de Toronto s'opposent au changement et doivent tenir une réunion d'urgence dans les prochains jours pour décider s'ils contestent ou non la décision de Doug Ford. Celle-ci avait été annoncée il y a quelques semaines.

Rocco Achampong, qui devait se présenter au conseil dans le quartier 13, Eglinton-Lawrence, a déjà fait une demande d’injonction pour bloquer la décision du gouvernement Ford. Un juge doit entendre la cause le 31 août.

Conclusion de la session d'été

Les progressistes-conservateurs au pouvoir - qui ont remporté une majorité lors des élections du printemps - ont pu adopter le projet de loi ainsi qu’une loi omnibus. Celle-ci forçait entre autres le retour au travail pour le personnel en grève de l’Université York.

Ils ont également présenté un projet de loi visant à supprimer la participation de la province au marché du carbone, un des engagements pris par le premier ministre Doug Ford durant la campagne électorale.

Les conservateurs ont aussi annoncé leur intention de révoquer le programme d’éducation sexuelle qui avait été mis à jour en 2015; de mettre fin à un projet pilote sur le revenu de base garanti; de réduire de moitié une augmentation prévue des taux d'aide sociale; de réduire le prix minimum de la bière; et de commercialiser le cannabis à l’aide du secteur privé au lieu du public, tel que le gouvernement précédent avait prévu.

À lire aussi : 

- Un gouvernement pour le peuple?

Alors que les partis d'opposition ont accusé le gouvernement de se dépêcher de démanteler des programmes sans rien mettre à leur place, les conservateurs se sont dits fiers d'avoir fait de grands progrès en peu de temps.

« Nous avons accompli beaucoup de choses au cours de cette session d’été, et ce que nous voulions faire, c’est de commencer à concrétiser les promesses faites pendant la campagne. Je pense que nous avons fait du bon travail en ce sens », a déclaré Todd Smith, leader en Chambre des conservateurs.

Selon la cheffe de l’opposition officielle, « cette séance visait à faire reculer notre province et le faire de manière choquante », a déclaré Andrea Horwath, du NPD. « C'est un gouvernement qui, en un mois, a déjà fait beaucoup de dégâts ».

Les libéraux et les verts ont tous deux déclaré que le gouvernement s’était efforcé de détruire les choses plutôt que de présenter des plans concrets.

« Cette session a été consacrée au démantèlement. Ils ont démantelé l’éducation sexuelle et le commerce... ils n'ont rien construit », a déclaré le chef libéral intérimaire John Fraser.

Politique provinciale

Politique