•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Les coyotes et les hommes peuvent-ils cohabiter?

    Un coyote pris sur le vif regarde la caméra.
    La cohabitation entre coyotes et humains est parfois problématique. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    On entend de plus en plus souvent parler d'observation de coyotes dans les villes. Nos journalistes ont vu émerger ce phénomène. Ils s'interrogent aussi sur la meilleure méthode pour s'assurer d'une cohabitation pacifique entre les humains et ces bêtes sauvages.

    Attention à vos animaux domestiques

    Ce soir, 26 août 1996

    Le 26 août 1996, le journaliste Jean-François Lesage souligne une abondance de coyotes dans la région de Vancouver. Dans un reportage proposé par l’émission Ce soir, le journaliste affirme que 5 000 de ces canidés habitent dans les alentours boisés de la principale ville de Colombie-Britannique.

    Ces carnivores ont souvent le ventre vide. Ils le remplissent fréquemment en mangeant les chats et les chiens domestiques, comme s'en désolent les autorités de la Société protectrice des animaux.

    Un phénomène nouveau dans l'est de l'Amérique du Nord

    Or, depuis les années 1960, on assiste à un nouveau phénomène. L'espèce, originaire de l’ouest du continent nord-américain, migre vers l’est.

    La nature ayant horreur du vide, le coyote occupe peu à peu l’habitat souvent abandonné par le loup dans l’est des États-Unis et du Canada. Il s’est ainsi établi dans les zones urbaines de cette région.

    Récemment, on a signalé sa présence dans la ville de New York, un peu partout dans le nord-est des États-Unis et en Ontario. Le coyote a également migré dans la région de Montréal. Là, comme dans les autres villes, la cohabitation avec les humains est difficile, voire dangereuse.

    Voyez ce qui est arrivé en octobre 2009 à Taylor Mitchell. La Torontoise marchait seule sur un sentier situé dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton en Nouvelle-Écosse. Trois coyotes, probablement affamés, l’ont tuée.

    Taylor Mitchell est la première victime d'une agression par des coyotes en Amérique du Nord.

    La semaine verte, 9 mars 2013

    Le journaliste Benoît Livernoche nous raconte ce drame ainsi que la réaction qu’il a engendrée dans un reportage présenté à l’émission La semaine verte le 9 mars 2013. À Chéticamp, la communauté qui vit à proximité du parc national s’inquiète.

    C’est un gros choc pour la communauté. Ça n’est jamais arrivé ici avant.

    Helena Burke, fermière résidant à Chéticamp

    Pourquoi, se demande-t-on, une telle attaque est-elle survenue? Un fonctionnaire du ministère des Ressources naturelles de Nouvelle-Écosse propose une réponse qui expliquerait ce comportement meurtrier.

    Dès que l’on commence à nourrir les animaux, ils deviennent alors confortables avec la présence des humains. Il y a donc une habitude qui se développe chez eux. Les problèmes commencent lorsqu’on retire cette nourriture ou qu’on refuse d’en donner. Ils peuvent alors devenir très agressifs.

    Michael Boudreau, biologiste

    La réaction des autorités du parc a été de permettre la chasse aux coyotes dans le but de leur réapprendre la peur des humains. Plusieurs biologistes contestent cette approche et proposent une alternative plus pacifique.

    Les coyotes sont de plus en plus nombreux en milieu urbain. Il existe des règles élémentaires pour cohabiter pacifiquement avec eux.

    Ne les nourrissez jamais. Ramassez vos restes d'aliments lorsque vous quittez une aire de pique-nique. Dans les quartiers susceptibles d'héberger des coyotes, placez vos sacs poubelles de préférence dans des contenants rigides.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Environnement