•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 15 ans, Ottawa et l'Est ontarien étaient plongés dans le noir

Trois hommes dans une centrale électrique. Devant eux, des écrans et des boutons.
La mégapanne avait paralysé le nord-est des États-Unis et une bonne partie de l'Ontario. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le 14 août 2003, une mystérieuse panne d'électricité « d'une ampleur sans précédent » frappait le nord-est des États-Unis et une bonne partie de l'Ontario. Vous en souvenez-vous?

La panne, qui est survenue à 16 h 11, avait privé quelque 30 millions de Nord-Américains d'électricité pendant de longues heures.

Au sud de la frontière, la panne avait touché New York, Détroit, Cleveland et Syracuse, tandis qu'au Canada, les régions des Grands Lacs et du nord de l'Ontario étaient plongées dans le noir.

À Ottawa, l'aéroport avait dû être fermé pendant plus de sept heures et de nombreux accidents de circulation avaient été rapportés, puisque les feux de circulation étaient éteints.

Un feu de signalisation éteint La mégapanne s'est déclarée à 16 h 11, alors que de nombreux automobilistes se trouvaient sur les routes. (Archives) Photo : Radio-Canada

Les plages publiques de la capitale avaient également été fermées, car les eaux usées avaient été déversées dans la rivière.

Les Québécois avaient pour leur part été épargnés, et Gatineau était alimentée en électricité.

État d'urgence en Ontario

Le premier ministre ontarien de l'époque, Ernie Eves, avait déclaré l'état d'urgence vers 22 h. Des patrouilles de police avaient été déployées sur le terrain, mais les autorités ont tout de même fait état de débuts de pillages à Ottawa.

Au Canada, les pertes causées par la « mégapanne » se sont élevées à plus de 500 millions de dollars. Les autorités américaines ont estimé qu'elle avait coûté de 4 à10 milliards de dollars.

Source : Archives Radio-Canada

La Ville d'Ottawa avait tenu un point de presse en début de matinée le lendemain pour demander à ses résidents de rester à la maison et de limiter autant que possible leur consommation énergique.

Trois jeunes hommes autour d'une table à l'extérieur, dans la pénombre. Sur la table, des bougies allumées. À Hawkesbury, les résidents avaient dû s'éclairer à la chandelle pendant plusieurs heures Photo : Radio-Canada

À Ottawa, deux décès avaient été dénombrés : celui d'un jeune homme, mort dans l'incendie d'une résidence et celui d'une personne morte dans un accident de la route.

Ce n'est que tard dans la nuit du 14 au 15 août que Toronto et l'ouest d'Ottawa ont progressivement connu le retour de l'électricité. La plupart des autres régions ont dû attendre le matin pour retrouver le courant, mais certains Ontariens sont restés sans électricité pendant neuf jours.

L'enquête du groupe de travail canado-américain

Ce n'est qu'un an après la mégapanne que le groupe de travail Canada-États-Unis chargé de faire la lumière sur les événements a présenté son rapport.

Selon ses experts, le manque de compréhension du réseau et des réserves d'énergie insuffisantes dans le nord de l'Ohio auraient été à l'origine des événements.

Le groupe a par ailleurs recommandé la mise en place de normes sévères de fiabilité du réseau électrique et une meilleure formation du personnel.

À Ottawa, tous les bâtiments municipaux sont munis de génératrices depuis la mégapanne de 2003. Les compagnies hydro-électriques sont elles aussi soumises à des règles plus strictes, comme l'émondage des arbres qui menacent le réseau.

Ottawa-Gatineau

Société