•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le requin mégalodon, entre fiction et réalité

Une représentation artistique du poisson géant
Le mégalodon, un requin qui a semé la terreur il y a plus de 2,6 millions d’années, revit au cinéma. Photo: iStock

Mégalodon est le dernier venu dans la lignée des films de requins tueurs. La représentation à l'écran de cette bête préhistorique qui a longtemps nourri les passions est-elle fidèle à ce que l'on en sait?

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Le film Mégalodon se situe à mi-chemin entre Les Dents de la mer et Le parc jurassique. Un requin qu’on croyait éteint depuis 2,6 millions d’années serait bel et bien vivant dans les profondeurs abyssales et sa découverte par des scientifiques mènera à un nouveau règne de terreur une fois son retour à la surface.

Bien qu’il y ait des éléments invraisemblables dans ce scénario, la vedette du film a bel et bien existé. Et même si elle est aujourd’hui éteinte, elle a laissé des traces importantes de sa présence dans tous les océans.

Mordre dans l’histoire à pleines dents

Le mégalodon est le plus grand poisson carnivore de l’histoire. Il a régné au sommet de la chaîne alimentaire du moment de son apparition, il y a environ 16 millions d’années, à l’extinction de son espèce, il y a 2,6 millions d’années.

La longueur de la créature présentée dans le film est invraisemblable : 25 mètres. Un mégalodon adulte pouvait plutôt atteindre de 12 à 18 mètres, soit une taille largement supérieure au grand requin blanc, déjà redoutable avec ses 5 à 7 mètres.

En fait, on n’a jamais retrouvé un spécimen complet d'un mégalodon, uniquement quelques vertèbres et surtout ses dents, qui faisaient 12 centimètres de long en moyenne, ce qui a permis d'estimer la longueur de l'espèce.

Les dents sont les fossiles de requin les plus abondants. Le mégalodon en avait plus de 250 dans sa gueule et il les remplaçait constamment. Il pouvait en perdre jusqu’à 20 000 au cours de sa vie.

Des dents fossilisées de mégalodon ont été retrouvées partout sur Terre, mais principalement dans des régions où l’eau était chaude et peu profonde, ce qui devait être son habitat naturel.

On sait qu’il se nourrissait de baleines et d’autres cétacés. Même que des traces de dents de mégalodon, retrouvées sur des fossiles de baleines, montrent que la morsure de l’animal exerçait une pression d’environ 20 tonnes par centimètre carré (Nouvelle fenêtre).

C’est la mâchoire la plus puissante du règne animal. Par comparaison, la morsure la plus puissante du monde moderne est celle du crocodile avec 2 tonnes par centimètre carré.

L'hypothèse pour expliquer l’extinction des mégalodons est l’arrivée des ères glaciaires qui ont entraîné une baisse de la température et du niveau des océans, ce qui a lentement rendu inhabitables les eaux où ils se nourrissaient.

En fait, l’arrivée des ères glaciaires a fait disparaître plus de 36 % des espèces marines qui vivaient près des côtes.

Un monstre dans les abysses?

L’espèce pourrait-elle avoir survécu, cachée dans les profondeurs, attendant seulement qu’on vienne la découvrir comme le propose le film? Pour les spécialistes, l’idée est impossible, et ce, pour plusieurs raisons.

D’abord, très peu d’espèces de requins vivent plus profondément que 4000 mètres. Les raisons sont simples : il y fait trop froid et il n’y a pas assez de nourriture pour que ces animaux y survivent.

Les quelques espèces de requins qui s’y trouvent se débrouillent en ayant un métabolisme très lent et bougent donc très lentement.

Un poisson aussi massif et actif que le mégalodon ne pourrait pas complètement inverser son mode de vie pour passer d’eaux tropicales de surface à des fonds marins très froids avec une pression beaucoup plus élevée.

De plus, malgré la quantité phénoménale de dents perdues par cet animal, toutes celles qui ont été retrouvées jusqu’à maintenant datent de plus de 2 millions d’années.

Il n’y a donc aucune chance que cet animal existe encore aujourd’hui. Et si c’était le cas, ce seraient plutôt les humains qui constitueraient une menace à sa survie, et non l’inverse, comme c’est le cas pour tous les autres requins.

Animaux

Science