•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Emera se retire du projet d’énergie marémotrice dans la baie de Fundy

Cette hydrolienne géante a été déposée au fond du bassin des Mines près de Parrsboro, en N.-É., le 7 novembre.
Cette hydrolienne géante a été déposée au fond du bassin des Mines près de Parrasboro, en N.-É., le 7 novembre 2016. Photo: La Presse canadienne / avec HO - Cape Sharp Tidal
Radio-Canada

Nouveau revers pour le projet de production d'électricité à partir des puissantes marées de la baie de Fundy. La société Emera, l'une des partenaires du projet, a annoncé qu'elle s'en retirait, quelques semaines après la mise en liquidation judiciaire de son partenaire OpenHydro.

Dans un communiqué, Emera, la société mère de Nova Scotia Power, explique qu’elle n’avait d’autre choix que de se retirer de la coentreprise Cape Sharp Tidal Venture.

OpenHydro, une société irlandaise, détenait 80 % des parts de cette coentreprise.

Selon Emera, OpenHydro possédait l’expertise technologique pour mener à bien le projet pilote de production d’énergie marémotrice dans le bassin des Mines, près de Parrsboro, en Nouvelle-Écosse.

« Sans l’appui du concepteur de la technologie, nous ne croyons pas que nous avons intérêt à maintenir notre participation dans ce projet », précise Emera.

OpenHydro en liquidation judiciaire

Une première hydrolienne a été déposée au fond du bassin des Mines en novembre 2016 et retirée six mois plus tard parce que les marées étaient trop fortes au site choisi. Une deuxième hydrolienne a été installée le 24 juillet, deux jours avant qu'OpenHydro n’annonce qu’elle n’investirait plus dans l’énergie marémotrice.

Un tribunal irlandais a alors confié le projet d’énergie marémotrice au syndic Grant Thornton.

L’hydrolienne de Cape Sharp Tidal Venture a été débranchée du réseau électrique de la Nouvelle-Écosse le mois dernier. Elle est toujours fonctionnelle toutefois, selon une porte-parole de la coentreprise, Stacey Pineau. Elle doit donc continuer à respecter les règles environnementales pendant le processus de liquidation judiciaire.

Une hydrolienne géanteL'hydrolienne au fond du bassin des Mines ne produit plus d'électricité. Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

La semaine dernière, le ministre de l’Énergie de la Nouvelle-Écosse, Derek Mombourquette, a déclaré que l’hydrolienne ne pourrait rester au fond de l’eau encore très longtemps. Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse est l'autorité réglementaire du projet, mais le permis d'exploitation qu'il a délivré à Cape Sharp Tidal Venture demeure valide, a pécisé le ministre. Il n'a pas fixé d'échéancier concernant les décisions qui devront être prises sur l'avenir du projet. Les créanciers et d'autres partenaires du projet doivent déposer à ce sujet un plan de contingence, a-t-il dit.

Emera n’investira plus à court terme dans des projets d’énergie marémotrice, selon Christian Richard, vice-président des projets spéciaux de l’entreprise. Il précise toutefois qu’elle appuiera indirectement de tels projets dans le cadre de sa participation à la Supergrappe de l’économie océanique du gouvernement fédéral.

Avec les informations d'Emma Davie, CBC

Avec les informations de CBC, et Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Énergies renouvelables