•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éducation sexuelle : un syndicat demande à ses membres d’enseigner l’ancien programme

Des chaises colorées dans une salle de classe

Des chaises colorées dans une salle de classe

Photo : iStock

CBC News

Un syndicat d'enseignants jure de défendre bec et ongles tout enseignant qui défie le gouvernement provincial et décide d'enseigner le même programme d'éducation sexuelle que l'an dernier.

Le syndicat qui représente les enseignantes et enseignants des écoles élémentaires de l’Ontario a promis de « défendre avec vigueur » tout éducateur qui utilise le programme d’enseignement sexuel modernisé en classe cette année scolaire, ce qui va à l’encontre de la décision de la province d’imposer la version qui avait été abolie en 2015.

La Fédération des enseignantes et des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEEO) a dénoncé le plan du gouvernement. Le président du syndicat, Sam Hammond, a qualifié le geste d’« imprudent ».

« Les enseignants ne se laisseront pas museler par un gouvernement qui tente de faire prévaloir son programme politique sur la protection et l'éducation des élèves », a déclaré M. Hammond lors du discours d'ouverture de la réunion annuelle de l'organisation à Toronto lundi.

« Nous devons préparer les étudiants au monde de 2015, pas au monde de 1998. »

Il a ajouté que le plan de la province est en conflit direct avec les responsabilités et les obligations des enseignants envers leurs élèves, soulignant que leur devoir est d'assurer la sécurité des enfants et de protéger les droits fondamentaux de la personne.

La FEEO représente 83 000 enseignants à travers la province.

Les représentants du gouvernement ont déclaré que certains aspects du programme modernisé – mis en place par le gouvernement libéral en 2015 – seront enseignés en septembre. Mais les éducateurs disent qu'il est difficile de savoir quels aspects ils seront autorisés à enseigner et quelles sanctions ils risqueraient en enseignant le programme le plus récent.

Toronto

Éducation