•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monsanto pourrait éviter de verser des indemnités

Le désherbant Roundup de Monsanto

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Radio-Canada

Au moment où la condamnation de Monsanto pour avoir failli à informer de la dangerosité d'un de ses produits risque de faire boule de neige, des spécialistes de la question craignent que les indemnités ne soient jamais versées aux victimes. Le rachat du géant par Bayer pourrait lui permettre d'éviter de verser ces sommes dues, selon la journaliste d'enquête Marie-Monique Robin.

Le jugement d’un tribunal californien a accordé des indemnités de 289 millions de dollars au jardinier américain Dewayne Johnson qui a utilisé le Roundup – un herbicide à base de glyphosate commercialisé par Monsanto – et qui a été atteint d'un cancer.

Or, le tribunal a jugé que Monsanto aurait dû prévenir les utilisateurs de la dangerosité du produit.

Le jugement devrait ouvrir la voie à d’autres poursuites, selon Mme Robin. « Il y a quelque 5000 autres agriculteurs et jardiniers qui ont porté plainte pour la même raison que le jardinier », a-t-elle souligné en entrevue à l'émission Midi info. « Ça ouvre la porte à tous les autres procès et ça va encourager les cours des divers États américains à aller dans le même sens. »

« Il y a certainement des agriculteurs au Québec qui ont ce type de cancer – un lymphome non hodgkinien, un cancer du système lymphatique – qui vont peut-être aussi porter plainte parce qu’ils vont se dire : "J’ai utilisé le même herbicide et j’ai la même maladie" », explique Marie-Monique Robin.

Malgré la victoire du jardinier, la journaliste craint que Monsanto ne verse jamais les indemnités, puisque, après avoir été achetée par la multinationale Bayer, la marque Monsanto est appelée à disparaître.

Nous craignons que ce mariage entre ces deux multinationales […] soit un arrangement pour que Monsanto n’ait pas à payer les indemnités qui seront réclamées dans tous les procès qui auront lieu en organisant l’insolvabilité [de l’entreprise].

Marie-Monique Robin, journaliste d'enquête

Monsanto deviendrait ainsi une coquille vide de Bayer qui serait dissoute. « Ça arrangerait Bayer aussi, parce que les principaux actionnaires de Monsanto sont les mêmes que ceux de Bayer », ajoute Mme Robin.

Les « Monsanto Papers »

Auteure du livre Le Roundup face à ses juges, Marie-Monique Robin dénonce « la fausse polémique scientifique » alimentée par Monsanto. « D’un côté, vous avez des centaines d’études indépendantes, qui ont d’ailleurs été revues par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS, qui affirme que le glyphosate est un cancérigène probable pour les humains », avance Mme Robin.

« Probable, ça ne veut pas dire que ce n’est pas sûr, prévient-elle. Ça veut dire qu’il y a beaucoup de données sur les animaux […] et des études plus partielles sur des humains. »

« Et, de l’autre côté, vous avez l’industrie qui fournit des études, dont on a révélé récemment que c’étaient des études biaisées », poursuit-elle. « C’est un peu comme les dossiers du tabac et de l’amiante… »

Mme Robin cite les « Monsanto Papers » pour illustrer son propos. Il s’agit de documents internes de la société – comme des courriels envoyés par des cadres de l’entreprise – qui démontrent qu’ils savaient que leur produit était cancérigène. Ce sont des documents qui ont contribué à la condamnation de Monsanto en cour, ajoute la journaliste.

Réintroduit au Canada et en Europe

Malgré les études indépendantes et les documents internes de Monsanto, rendus public grâce au procès, Santé Canada a permis la réintroduction du Roundup dans l’agriculture canadienne. En Europe, l’herbicide est réintroduit pour cinq ans. « Je ne peux pas imaginer que nos agences de santé – qui sont supposées protéger notre santé et celle de nos agriculteurs – ne tiennent pas compte de la décision d’un tribunal de Californie. »

Ils [les gouvernements] ont privilégié les études fournies par l’industrie.

Marie-Monique Robin

La condamnation de Monsanto a toutefois déjà des répercussions économiques pour Bayer puisque son action a perdu 12 % de sa valeur, lundi, à la Bourse de Francfort.

Environnement

Économie