•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des robots martiens envahissent les Badlands

Un robot muni d'un bras et monté sur quatre roues tente d'ouvrir une boîte en métal.
Les robots en compétition devaient accomplir quatre tâches qui reproduisent le déroulement d'une mission d'exploration sur Mars. Photo: CBC / Anis Heydari
Radio-Canada

De jeunes ingénieurs du Canada, des États-Unis, de Pologne et du Bangladesh étaient réunis pendant quatre jours pour une compétition de robotique, à Drumheller, en Alberta. Les 13 équipes participaient à des épreuves qui recréent les conditions d'une mission sur Mars.

Les robots ont rejoint les fossiles de dinosaure dans les Badlands albertaines à l’occasion du Canadian International Rover Challenge.

Les terres désertiques qui entourent la ville de Drumheller sont une bonne approximation de la surface martienne, selon plusieurs des participants. « Le terrain est pas mal martien, mais je pense qu’il y a quand même un plus de végétation que sur la planète rouge », plaisante Ben Davidson, qui dirige l'équipe venue de l'Université de l'Oregon.

« C’était stressant de voir le robot essayer de tourner la valve », raconte quant à lui le président de l'équipe de robotique de l'Université Carleton, en Ontario, Yannick Brisebois. Comme plusieurs, il profite de ces quelques jours de compétitions pour apprendre des choses des autres participants.

Yannick Brisebois et un de ses coéquipiers se tiennent debout à quelques mètres de leur robot.Yannick Brisebois (à droite) et son équipe observent avec inquiétude son robot réaliser une des épreuves. Photo : CBC / Anis Heydari

« C’est intéressant de voir toutes les idées que les autres équipes ont eues pour résoudre exactement le même problème, explique-t-il. Il y a un million de manières différentes d’y arriver. »

Son équipe a été une des seules à accomplir la troisième tâche de l'épreuve qui consiste à allumer un interrupteur afin de réactiver une extractrice de minerai.

Les quatre travaux des robots

Les robots avaient à effectuer quatre tâches qui visaient à recréer les conditions d’une mission d’exploration sur Mars. L'apparence de ces petits véhicules télécommandés n'est pas sans rappeler celle des sondes de la NASA.

La première épreuve consistait à explorer le terrain et à collecter de l’information à l’aide d’un appareil photo. Le robot devait ensuite récolter un échantillon de sol, puis procéder à l’entretien d’une pièce d’équipement minier. La dernière mission consistait à retrouver un scientifique porté disparu à l’aide d’une balise GPS.

Un bras robotisé se tient au dessus d'une valve.L'équipe de Yannick Brisebois a été une des seules à compléter la 3e tâche de l'épreuve qui consiste à allumer un interrupteur afin de réactiver une extractrice à minerai. Photo : CBC / Anis Heydari

« C'est une expérience qui va bien au-delà de ce que les élèves peuvent apprendre dans une salle de classe », explique Justin Gerein, un des organisateurs.

La compétition internationale, qui avait lieu du 10 au 13 août, se déroulait pour la deuxième fois à Drumheller.

Espace

Science