•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Bernier critique le « multiculturalisme radical » de Justin Trudeau

Le député conservateur Maxime Bernier (archives)

Le député conservateur Maxime Bernier (archives)

Photo : Radio-Canada / Virginie Gagnon-Leduc

Radio-Canada

Le député conservateur Maxime Bernier fustige le « culte de la diversité » qu'entretient selon lui le premier ministre Justin Trudeau et met en garde contre les dangers du « multiculturalisme extrême » dans une série de tweets publiés dimanche et lundi.

Le député de Beauce s'est tourné vers Twitter dimanche soir pour commenter une vidéo dans laquelle le premier ministre Trudeau vantait les mérites de la diversité, mise en ligne par le réseau Global.

La diversité « nous définit et doit être célébrée », a écrit Maxime Bernier d'entrée de jeu. « Mais pourquoi promouvoir toujours plus de diversité? Si tout et n’importe quoi est canadien, que signifie être Canadien? », a-t-il demandé.

« Accueillir des gens qui rejettent les valeurs fondamentales de l’Occident que sont la liberté, l’égalité, la tolérance et l’ouverture ne nous rend pas plus forts. Ceux qui refusent de s’intégrer et veulent vivre dans leur ghetto ne rendent pas notre société plus forte », a-t-il soutenu, sans toutefois préciser à quel groupe il faisait référence.

Le multiculturalisme extrême et le culte de la diversité de Trudeau vont nous diviser en petites tribus qui ont de moins en moins en commun, à part leur dépendance envers le gouvernement.

Le député conservateur Maxime Bernier, sur Twitter

Cette approche mène à la création de « clientèles politiques qu'on achète avec l’[argent] des contribuables et des privilèges » et elle est dangereuse, a affirmé le député conservateur.

« La balkanisation culturelle amène la méfiance, les conflits sociaux et potentiellement la violence comme on le voit partout. Il est temps de renverser cette tendance avant que la situation n’empire. Plus de diversité ne nous rendra pas plus forts, cela détruira notre pays », a-t-il poursuivi.

Les conservateurs ne se mouillent pas

Le Parti conservateur n'a pas commenté directement les propos de M. Bernier, mais il a vanté l'apport des immigrants.

« Le Canada est bâti par des gens du monde entier qui viennent ici pour profiter de la liberté, de la prospérité et de l’égalité qu’offre notre pays », a déclaré dans un courriel envoyé à Radio-Canada un porte-parole du chef conservateur, Andrew Scheer. « Les conservateurs vont continuer à reconnaître et à célébrer la contribution faite au Canada par des gens de diverses origines qui enrichissent notre histoire et notre société », a-t-il ajouté.

Lundi matin, M. Bernier a publié deux autres gazouillis en anglais dans lesquels il précise qu'il ne s'oppose pas à la diversité, « qui fait partie de ce que nous sommes », mais au fait de « pousser pour qu'il y en ait toujours plus ». « Quelque chose d'infiniment divers n'a pas d'identité de base et cesse d'exister », a-t-il déploré.

Ce n’est pas la première fois que Maxime Bernier se tourne vers Twitter pour critiquer l’approche libérale en matière de diversité culturelle. En mai dernier, il avait accusé la députée libérale Celina Caesar-Chavannes de penser que « le monde tournait autour de la couleur de [sa] peau ».

Le député libertarien, qui a été défait de peu dans la course à la direction du Parti conservateur l'an dernier, a déjà critiqué la position de son propre parti sur la gestion de l'offre dans le secteur agricole. Il a été exclu du cabinet fantôme conservateur en juin.

Dans l'extrait à l'origine de la dernière tirade de M. Bernier, le premier ministre libéral prenait la parole à l'ouverture du Taste of the Danforth, un festival de rue de Toronto qui célèbre la communauté grecque, mais aussi le « multiculturalisme du Canada », selon le site de l'événement.

Justin Trudeau y vantait « la diversité et la résilience qui vient de différentes perspectives, différents contextes, différentes cultures qui se rassemblent et célèbrent les mêmes choses ». « Nos différences sont une force, pas une faiblesse », affirmait-il.

Souvent répétée, cette position du chef libéral sur le multiculturalisme en irrite plusieurs à la droite de l’échiquier politique.

Dans une entrevue accordée au New York Times Magazine en 2015, Justin Trudeau disait considérer le Canada comme le premier État « post-national ». « Il n’y a pas d’identité de base, pas d’identité dominante au Canada », soutenait le premier ministre.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique