•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

District 31 : Gildor Roy promet une saison étonnante

Gildor Roy dans son rôle pour District 31

Gildor Roy

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le commandant Chiasson de District 31 sera de retour le 10 septembre pour la troisième saison de la populaire quotidienne diffusée sur les ondes d'ICI Radio-Canada Télé. Que peut-on attendre de nouveau? Gildor Roy a su attiser l'intérêt des spectateurs dans une entrevue, lundi, à Gravel le matin.

Au micro d'Alain Gravel (dont la voix a été utilisée dans l'épisode final de la deuxième saison), l'acteur a indiqué que le rôle de Daniel Chiasson était très marquant pour lui. « C’est une conjoncture de plein de choses. […] Les étoiles se sont alignées. C’est pas mal l’une des bonnes choses qui me sont arrivées. »

L’équipe de la quotidienne commence la troisième semaine de tournage de cette troisième saison. Évidemment, il ne faut pas compter sur Gildor Roy pour divulguer quoi que ce soit au sujet de la suite de l’histoire concoctée dans le plus grand secret par le scénariste Luc Dionne.

Sait-il comment se finira cette troisième saison? « On a une bonne idée. Il nous a dit un peu où il s’en allait et ça devrait être assez troublant. »

Attention divulgâcheurs – Si vous n'avez pas vu le dernier épisode de la deuxième saison de District 31, ne lisez pas la suite de cet article.

Un virage pour le commandant Chiasson?

Après la finale de la deuxième saison à la Tarantino, avec un coup de théâtre digne d’un western, où le trio des services secrets, formé du commandant Daniel Chiasson (Gildor Roy), de Maxime Vézeau (Vincent Leclerc) et de Laurent Cloutier (Patrick Labbé), tue Christian Phaneuf (Emmanuel Auger), que se passera-t-il avec le commandant? Son personnage de grand-papa-gâteau se transformera-t-il pour le restant de la série?

« Souvenez-vous dans Le parrain, Don Corleone, avec ses petits-enfants, était grand-papa-gâteau? C’était Don Corleone. Donc tout est possible, mais j’avoue qu’à chaque début de saison, on se dit : "Qu’est-ce qu’il va faire, Dionne, pour qu’on dépasse ça?" Et déjà, on se dit qu’on a hâte à Noël pour voir la face du monde », répond Gildor Roy.

L’acteur lit les textes quelques semaines avant le tournage et dit vivre les mêmes émotions que le téléspectateur devant son petit écran. « Le dernier épisode de l’an passé, on a eu le texte une semaine avant. C’était intentionnel de la part de Luc [Dionne]. Il ne voulait pas que l’on connaisse la finale de la saison. »

Le milieu policier intéresse l’acteur, mais le fait d'avoir joué tant le commandant Chiasson que des policiers et des criminels durant sa carrière n’a pas engendré une passion pour cet univers. Cependant, l’acteur rappelle que son père était chef de la police d’une ville d’Abitibi, soit Cadillac.

« Mais District 31 est tellement et étonnamment collé sur l’actualité. D’ailleurs, cet été, j’ai relevé qu’il y avait eu de nouvelles accusations portées contre Jonathan Bettez [dans l’affaire de l’enlèvement de Cédrika Provencher]. Ce sont des histoires qu’on a faites dans District 31. Ça n’a rien à voir, mais tu pourrais changer les noms des personnages et [on penserait] que c’est un vrai rapport de police. Mais non, c’est le scénario de District 31. C’est assez phénoménal. »

Un acteur et ses nombreux projets

Gildor Roy est un homme occupé. Outre les tournages prenants de District 31, il commence ceux de Lâcher prise cette semaine et participe à un radio-roman, sous forme de balado en trois dimensions, qui sera diffusé à ICI Radio-Canada. Il anime aussi une émission sur la consommation à Canal Vie.

Les quatre personnages sont dans une salle à manger.

Une scène de la série d'Isabelle Langlois « Lâcher prise »

Photo : Marlene Gelineau-Payette

Dire qu’à l’école de théâtre, on lui avait conseillé de changer de nom et on lui avait dit qu’il n’aurait pas un grand avenir dans le milieu.

Télé

Arts