•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les trésors cachés du Musée McCord

Christian Vachon, gestionnaire des collections et  conservateur de la collection de peintures, estampes et dessins au Musée McCord

Christian Vachon, gestionnaire des collections et conservateur de la collection de peintures, estampes et dessins au Musée McCord

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Cousineau

Radio-Canada

Faute d'espace, le Musée McCord expose seulement 1 % des objets de ses collections. Des dizaines de milliers de peintures, estampes et dessins sont donc conservés au sous-sol de l'institution. Petite incursion dans les voûtes sécurisées, inaccessibles au public.

Un texte de Marie-Eve Cousineau, journaliste à l'émission Le 15-18

L'ascenseur du Musée McCord, qui mène au sous-sol, fait un vacarme. Mais une fois à l'intérieur de la réserve de peintures, un silence de monastère règne. « À peine 10 % du personnel a accès aux cinq voûtes sécurisées », dit Christian Vachon, gestionnaire des collections et conservateur de la collection de peintures, d'estampes et de dessins du Musée McCord.

Le Musée compte quelque 80 000 objets dans ses collections. Mais le public ne peut en observer qu'une infime partie dans ses galeries, devenues trop petites (la direction souhaite d'ailleurs déménager). La grande majorité d'entre eux sont classés dans une réserve. De véritables trésors, aux yeux du conservateur Christian Vachon.

Les deux portraits côte à côte, avec des cadres dorés et ouvragés

Portraits de Charles Lemoyne de Longueuil et de son épouse Claude-Elisabeth Souart d’Adoucourt, artiste inconnu (1681)

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Cousineau

Ses yeux se mouillent lorsqu'il parle des portraits des nouveaux mariés Charles Lemoyne de Longueuil et Elisabeth Souard d'Adoncourt, réalisés par un peintre inconnu en 1681. Il s'agit des plus anciens du Musée. Les tableaux ont été donnés par un Vancouvérois, quasi centenaire et aveugle, qui en avait hérité. « Le donateur nous contacte et il nous dit "j'ai avec moi ces deux portraits et je considère qu'ils doivent absolument être rapatriés à Montréal", dit Christian Vachon. [...] Il a même payé le transport. C'est toute une chance. »

Le Musée McCord reçoit une subvention du ministère de la Culture et des Communications pour son fonctionnement. Mais l'institution muséale privée ne détient pas de budget d'acquisition, indique la direction. Ses collections sont constituées à partir de dons de collectionneurs et du public. « Près de la moitié des donateurs proviennent de l'extérieur du Québec, estime Christian Vachon. Principalement de l'Ontario et on a beaucoup de dons de Vancouver aussi. C'est surprenant. On en a des États-Unis et occasionnellement d'outre-mer. »

Peinture sur laquelle on voit au loin la basilique derrière des monceaux de neige.

Oeuvre de Phoebe Seaton, La basilique Notre-Dame de Montréal vue de l’île Sainte-Hélène, 1831-1832

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Cousineau

Une Britannique qui a étudié à l'Université McGill a notamment fait don d'un album d'aquarelles et de dessins peints par son arrière-arrière-arrière grand-mère, Phoebe Seaton. « Phoebe Seaton venait de marier Thomas Seaton. Il a été nommé chirurgien à l'armée britannique qui était stationnée sur l'île Sainte-Hélène, raconte Christian Vachon. Elle a le droit [d'y] résider. Dans ses temps libres, parce qu'elle n'avait rien à faire, elle a peint la flore. Elle a fait beaucoup d'aquarelles, des paysages de Montréal, mais également des fleurs, des insectes, des papillons, etc. » Des images uniques, qui datent de 1830-1831, soit avant l'invention de la photographie.

The Great Magician - The Wonder Show of the Universe, 1914, Strobridge Lithographing Company, Thurston

The Great Magician - The Wonder Show of the Universe, 1914, Strobridge Lithographing Company, Thurston

Photo : Musée McCord

Emmanuelle Gattuso, elle, a offert au Musée une collection d'affiches portant sur de grands magiciens de la fin du 19e et du début du 20e siècle. Un don valant plus de 2 millions de dollars, selon cette Montréalaise d'origine, qui habite Toronto. Son mari Allan Slaight est un riche homme d'affaires, qui se passionne pour la magie depuis l'enfance. Emmanuelle Gattuso tenait à ce que le public montréalais voie cette collection. « Toute ma famille est à Montréal, explique-t-elle. Mes grands-parents italiens, des deux côtés, ont immigré à Montréal. C'est une ville très importante pour moi. » Il y a un an, ces affiches ont fait l'objet d'une exposition, Illusions – L'art de la magie au Musée McCord.

Selon Christian Vachon, seule une minorité des donateurs sont fortunés. Tous partagent toutefois une même préoccupation : la préservation du patrimoine.

Le musée McCord

Inauguré en 1921 à partir de dons de la famille McCord, le musée McCord met en valeur l'histoire et la culture, en particulier celles de Montréal. En 2013, il a regroupé certaines de ses activités avec celles du musée Stewart. Puis, en janvier dernier, il a fusionné avec le Musée de la mode.

Histoire

Société