•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les 450 syndiqués de Loto-Québec en grève pour trois jours

Un billet de Lotto Max
Loto-Québec soutient que cela ne nuira pas au service aux clients ni aux tirages. Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

Les 450 syndiqués de Loto-Québec, membres du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), déclencheront une grève de trois jours vendredi. Ils se disent insatisfaits de l'offre de leur employeur.

Il s'agit d'employés des technologies de l'information, des communications, des ventes et du marketing, des finances et de l'approvisionnement, de l'immobilier et du secteur juridique.

Les professionnels de Loto-Québec ont adopté à 99,4 % un mandat de grève de 20 jours qu'ils utiliseront de façon stratégique.

Le syndicat dénonce les offres patronales, surtout en ce qui concerne la sécurité d'emploi, tandis que Loto-Québec soutient avoir déposé une offre généreuse à ses professionnels syndiqués du SPGQ.

Selon le président du SPGQ, Richard Perron, l'intégration par l'employeur de la notion de « spécialité unique » rendrait possibles des mises à pied ciblées sans tenir compte de l'ancienneté. De plus, ajoute-t-il, l'employeur veut une totale liberté pour avoir recours à la sous-traitance en tout temps.

Par ailleurs, l'augmentation de salaire proposée n'est que de 0,3 % par année sur cinq ans, affirme le syndicat.

M. Perron qualifie les offres d'inacceptables, faisant valoir que Loto-Québec engrange des profits records depuis deux ans.

Ne souhaitant pas négocier sur la place publique, l'employeur a tout de même dit par communiqué vouloir « rectifier sommairement quelques détails concernant son offre réelle, à l’intention de ses employés ».

Loto-Québec a fait valoir une « offre monétaire beaucoup plus avantageuse que ce qui est avancé par le SPGQ », une bonification des régimes d'assurances – soins médicaux et dentaires –, aucun changement des règles liées à la sous-traitance et à la sécurité d'emploi et « plus de souplesse et de flexibilité quant aux horaires de travail, afin de permettre une meilleure conciliation travail-famille ».

L'employeur a indiqué que la prochaine rencontre de discussions sur le renouvellement de la convention collective entre les deux parties est prévue mardi.

Le tirage maintenu

Pour ce qui est de la grève de trois jours, Loto-Québec soutient que cela ne nuira pas au service aux clients ni aux tirages.

« Loto-Québec demeure ouverte à poursuivre les discussions afin de concilier les visions respectives. Une conciliatrice du ministère du Travail est d'ailleurs impliquée dans le processus de négociation. Nous sommes persuadés que des avenues satisfaisantes pour les deux parties sont possibles et que nous allons y parvenir », a indiqué Loto-Québec.

Relations de travail

Économie