•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa vote pour une enquête externe

Le CA de la FEUO réuni autour d'une table de conférence.
Le CA de la Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa a voté en faveur d'une enquête externe pour faire la lumière sur des allégations de fraude. Photo: Radio-Canada

Le conseil d'administration de la Fédération des étudiants de l'Université d'Ottawa (FEUO) a voté à l'unanimité, dimanche après-midi, en faveur d'une résolution voulant qu'une firme externe fasse la lumière sur des allégations de fraude à son endroit.

Les 27 membres du conseil d’administration de la FEUO se rencontraient à la suite d’allégations de fraude à l’endroit de certains administrateurs.

Bon nombre d'étudiants de l'Université d'Ottawa étaient sur place pour assister aux portions publiques de la réunion. Un sentiment de stupeur et d'inquiétude à l'endroit de leur fédération étudiante était palpable.

J’étais choquée quand j’ai réalisé qu’il y avait ce scandale. Je ne sais pas, je veux comprendre plus et avoir un oeil sur les gens qui ont le pouvoir. On va attendre et poser des questions, a dit Lexiane Vanasse, une étudiante de la Faculté des arts.

Danielle Rey, de la Faculté des sciences sociales, abondait dans le même sens, affirmant que les administrateurs de la FEUO n'avaient plus l’autorité nécessaire pour parler au nom des étudiants. Ils nuisent à la capacité de la FEUO de fonctionner, a-t-elle dit.

Dan MacDiarmid répond aux questions d'un journaliste. Dan MacDiarmid, étudiante en communications à l'Université d'Ottawa. Photo : Radio-Canada

Dan MacDiarmid, une étudiante en communications a dit être attristée de ne plus pouvoir faire confiance à sa fédération étudiante. La fédération est supposée défendre nos intérêts. Je suis là pour entendre ce qu’ils ont à dire pour leur défense. Je veux qu’ils sachent qu’il y a des gens qui regardent ce qu’ils font.

On va suivre le dossier, a-t-elle conclu.

Une partie de la réunion s’est tenue à huis clos. Aucun membre du conseil d'administration n'a voulu commenter le dossier.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Éducation