•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des candidats unanimement contre le projet de l’Armée du Salut dans Vanier

Le candidat au poste de conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Thierry Harris, en entrevue sous un kiosque avec une pancarte électorale portant son nom
Le candidat au poste de conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Thierry Harris. Photo: Radio-Canada

La construction du refuge de l'Armée du Salut est déjà un enjeu électoral dans le quartier Vanier. Trois des quatre candidats au poste de conseiller et un candidat à la mairie d'Ottawa ont fait savoir dimanche leur opposition au projet, en marge d'une vente de garage organisée par SOS Vanier.

Le regroupement citoyen continue sa bataille. Dimanche, SOS Vanier procédait à une vente de garage afin d'amasser des dons pour payer ses frais d'avocat. Il conteste, devant le Tribunal d’appel de l’aménagement local, anciennement la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO), l'approbation que le conseil municipal a accordée au projet.

Après le décompte de fin de journée, le conseiller Mathieu Fleury a indiqué que la vente débarras avait apporté 13 800 dollars au groupe, portant le total amassé à plus de 165 000 dollars sur un objectif de 200 000$.

La majorité des candidats au poste de conseiller municipal de Rideau-Vanier étaient présents pour signifier leur appui au combat de ce groupe.

Ce sont des discussions hyper importantes au niveau du logement et des refuges. Moi, je ne suis pas d'accord avec l'orientation prise par la Ville, mais il faut s'assurer d'investir pour qu'il y ait moins de familles dans les refuges, a le conseiller actuel du quartier, candidat à sa propre succession, Mathieu Fleury.

Le conseiller municipal sortant du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, dans une salle communautaire en entrevue.Le conseiller municipal sortant du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury. Photo : Radio-Canada

Thierry Harris, un autre candidat au poste de conseiller du quartier Rideau-Vanier, reproche au conseiller actuel d’avoir laissé tomber les citoyens, affirmant qu'il ne les a pas consultés dès le début du projet.

Ce qu’il faut faire, c’est travailler ensemble avec la communauté et préserver des terres pour construire des maisons à logements mixtes, donc à la fois des logements subventionnés et des logements de marché, a affirmé M. Harris.

De son côté, le candidat Matt Lowe a soutenu que les itinérants ont besoin d'aide, mais que l'approche de la Ville n'était pas la bonne. Ces gens-là ont besoin d’aide, ils ont besoin de maisons. Au lieu d’un centre de 350 lits dans un seul endroit, quelques centres de 90 lits à plusieurs endroits, ailleurs qu’à Vanier, auraient plus de succès, a-t-il exprimé.

Le candidat au poste de conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Matt Lowe, sous un kiosque avec des pancartes sur lesquelles on peut lire « Make Vanier great again »Le candidat au poste de conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Matt Lowe. Photo : Radio-Canada

Le coordonnateur de SOS Vanier Bruce McConville sera par ailleurs candidat à la mairie d'Ottawa cet automne.

Cette erreur sera difficile à renverser. Ottawa doit adopter une approche ''logement d'abord'' et devenir un leader mondial. C'est ma plateforme. Nous avons les ressources et la capacité. Il est temps de régler ce problème, a-t-il dit.

Des Vaniérois au rendez-vous

Nombre de résidents du secteur ont aussi pris part à l'évènement, dimanche.

C’est naturel qu’on veuille que le quartier Vanier s'embellisse et non pas qu’il devienne un ghetto, a dit Claudie Paris, une résidente du secteur. La raison pour laquelle on ne veut pas ce mégarefuge, c’est qu’aucun quartier ne mérite qu’on lui impose un refuge de 350 lits. Le modèle qu’il faut suivre, c’est de diviser ça pour que tout le monde en ait un peu, et Vanier a déjà sa part.

Des gens regardent diverses marchandises disposées sur des tables dans une salle communautaire lors d'une grande vente de garage.Les organisateurs de la vente de garage espéraient amasser entre 10 000 et 15 000 $ avec leur vente de garage. Photo : Radio-Canada / Florence Ngué-No

Pour sa part, Françoise Dixon a suggéré que la Ville achète une ferme à l’extérieur d'Ottawa et fasse travailler les personnes itinérantes pour leur donner un but dans la vie.

J’ai tellement à coeur les sans-abri, a de son côté affirmé Collette Saint-Denis. Je veux qu’on construise pour eux des petits logements supervisés afin de leur rendre leur dignité. Ce n'est pas une bonne façon d’aider des humains que de les mettre dans des refuges comme ça. Ils ont droit à un toit comme nous tous, a-t-elle conclu.

Par ailleurs, les objets invendus pendant cette activité de financement seront donnés à des organismes charitables, mais pas à l'Armée du Salut, a affirmé Bruce McConville.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Ottawa-Gatineau

Politique municipale