•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nanikana aérospatiale génère intérêt et curiosité à Timmins

Un ballon d'essai se prépare à être lancé avant d'effectuer les tests de télémétrique de Nanikana aérospatiale
Nanikana participe à la mission Stratos en partenariat avec l'Agence spatiale canadienne Photo: Courtoisie Agence spatiale canadienne, Christine Lépine

Le projet scientifique de Nanikana aérospatiale intrigue sur la base de lancement de ballons stratosphériques de Timmins, en Ontario. Les membres du groupe de Val-d'Or sont les seuls amateurs sur le site de l'Agence spatiale canadienne.

Un texte de Lise Millette

On est les seuls amateurs, tous les autres sont issus de grandes universités, de grandes entreprises comme Airbus. C'est à la fois stimulant et intimidant, confie le président de Nanikana Jean-François Nadeau.

Cette concentration de scientifiques nourrit la passion du groupe abitibien.

Portrait du président de Nanikana Aérospatiale, Jean-François Nadeau, devant un panneau d'instruments.Jean-François Nadeau président de Nanikana Aérospatiale, un organisme sans but lucratif qui fait la promotion de la science Photo : Courtoisie: Nanikana

On peut échanger avec d'autres personnes. Il y a des gens de partout au Canada, des gens de l'Europe aussi. Si j'ai bien compris, nous devrions être 144 scientifiques sur la base dans les prochains jours, enchaîne M. Nadeau.

L'objectif du groupe de Val-d'Or est de tester un prototype de satellite mis au point par Nanikana, le ProtosAT-3b et une sonde stratosphérique (Otachi-7). Ces technologies, si elles livrent les résultats espérés, représenteraient une avancée pour l'utilisation des communications digitales à faible coût.

Les recherches de Nanikana ont peut-être été réalisées avec des moyens modestes, elles ne passent pas inaperçues. L'expertise développée suscite de la curiosité chez les scientifiques qui côtoient la délégation valdorienne.

Nous sommes les seuls à avoir un prototype de cube SAT et qui volons régulièrement avec nos propres moyens, c'est sûr à plus petite échelle. On se fait poser beaucoup de questions sur les systèmes qu'on utilise, comment on pallie aux problèmes. On suscite la curiosité justement parce qu'on est des amateurs et qu'on est bien installés, bien équipés et déjà prêts pour notre vol, ajoute Jean-François Nadeau.

Vue aérienne d'une sonde lancée par le groupe Nanikana Aérospatiale Vue aérienne d'une sonde lancée par le groupe Nanikana Aérospatiale Photo : Facebook : Nanikana Aerospatiale

Les coéquipiers de Nanikana aérospatiale voient cette immersion dans les installations de l'Agence spatiale canadienne comme une expérience peu commune de formation et une occasion de se frotter à l'expertise de professionnels.

Abitibi–Témiscamingue

Industrie aérospatiale