•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau rencontre les policiers de Fredericton

Le reportage de Pierre-Alexandre Bolduc
Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a rencontré dimanche après-midi les membres de la Force policière de Fredericton et leurs familles, éprouvées par la fusillade qui a coûté la vie à quatre personnes, dont deux policiers, vendredi matin.

Un texte d’Alix Villeneuve et Frédéric Wolf

Après cette rencontre privée, M. Trudeau s’est approché du mémorial qui a spontanément été installé ces derniers jours devant le poste de police de Fredericton, à la mémoire des deux policiers morts en devoir et par solidarité envers leurs proches et collègues.

Le premier ministre et son fils Hadrien y ont déposé des gerbes de fleurs. Ils étaient accompagnés de Matt DeCourcey, le député fédéral de Fredericton.

M. Trudeau dit avoir rencontré les proches des deux agents de police abattus vendredi, ainsi que leurs enfants.

« Toute une communauté et tout un pays sont en train de faire un deuil avec eux », a-t-il dit.

Deux membres du corps policier de Fredericton, Sara Burns, 43 ans, et Robb Costello, 45 ans, sont morts dans la fusillade de vendredi, qui a aussi coûté la vie à Bobbie Lee Wright, 32 ans, et Donnie Robichaud, 42 ans.

Des citoyens serrent la main de policiers.Agrandir l’imageDes citoyens offrent leurs condoléances aux policiers de Fredericton, dimanche. Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Des funérailles régimentaires sont prévues samedi prochain, le 18 août, à la mémoire des deux policiers tombés en service. Cette cérémonie officielle, réservée aux membres réguliers actifs morts ou à d’anciens membres ayant eu une carrière honorable, aura lieu au Centre universitaire Aitken de Fredericton.

Les événements tragiques de vendredi dernier sont une occasion de réfléchir à la nature du service « de ceux qui nous protègent », a indiqué Justin Trudeau dimanche devant le poste de police de Fredericton.

Une citoyenne enlace une policière devant le poste de police de Fredericton le 12 août 2018.Agrandir l’imageDes citoyens ont offert leurs sympathies aux policiers de Fredericton, dimanche. Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Au sujet de la rencontre avec les membres du corps policier, le premier ministre a déclaré que les collègues des deux victimes lui ont raconté « comment étaient Sara et Robb, dans leur service, dans leur dévouement ».

Interrogé sur les inquiétudes exprimées après cette fusillade, le premier ministre a répondu brièvement que la discussion sur les armes à feu se poursuivait au pays, et que son gouvernement avait « mis de l’avant un projet de loi assez ambitieux ».

Des citoyens rencontrent des policiers le 12 août 2018 à Fredericton.Agrandir l’imageDes citoyens offrent leurs condoléances aux policiers de Fredericton, dimanche. Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

M. Trudeau ne s’est entretenu que quelques instants avec les journalistes, laissant la place aux nombreuses personnes venues présenter leurs condoléances aux policiers de Fredericton.

Certaines d'entre elles se sont même jetées dans les bras des policiers pour les enlacer.

Une femme enlace une policière sous le regard de deux autres policiers le 12 août 2018 devant le poste de police de Fredericton.Agrandir l’imageDes gens offrent leurs condoléances aux policiers de Fredericton. Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Fredericton entame sa guérison avec le défilé de la fierté

La vie tentait de reprendre son cours à Fredericton à la suite de la fusillade. Prévu bien avant le tragique événement, le défilé de la fierté gaie s'est tenu dimanche dans des circonstances exceptionnelles alors que la ville est encore en deuil.

Il s’agissait du premier événement d’envergure dans la communauté encore sous le choc. La fête de dimanche exprimait des émotions qui ne sont pas exclusives à la fierté de la communauté LGBTQ+.

Un kiosque affiche un gros drapeau canadien au couleur de l'arc-en-ciel.L'ambiance était festive sur le site de l'événement. Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

« L’idée, c’est de se débarrasser de la peur, de la violence et de la haine », raconte la présidente de Fierté Fredericton, L.A. Henry.

Se rassembler en tant que communauté, ça nous rend forts.

L.A. Henry, présidente de Fierté Fredericton

L'organisation du festival a d'ailleurs lancé une invitation en ce sens sur les réseaux sociaux, samedi.

« Veuillez vous joindre à nous en vous rassemblant et en manifestant votre appui à Fredericton en tant que communauté. #Frederictonstrong », a indiqué l'organisation sur sa page Facebook.

De nombreux Frederictonnais disent participer à l’événement pour démontrer leur solidarité après la fusillade.

Pour moi, il faut que je sois ici à cause de ce qui est arrivé vendredi. Pas seulement parce que je fais partie de la communauté [LGBTQ+].

Une participante au défilé de la fierté de Fredericton

« Ça montre que je n'ai pas peur », ajoute-t-elle ensuite.

« Cet événement fait sortir l’amour chez les gens, même ceux qui sont normalement isolés chez eux », ajoute une autre jeune femme.

Les participants ont rendu hommage aux victimes en observant une minute de silence.

Un processus de guérison

Samedi, lors d’un point de presse de la Force policière de Fredericton, le maire Mike O’Brien a indiqué que le défilé de dimanche serait une première étape pour se rétablir après la tragédie.

Ces choses sont importantes, pour montrer que notre communauté existe encore, que l'on prend encore soin les uns des autres et qu'il y a un moyen de célébrer, même durant cette période de deuil.

Mike O’Brien, maire de Fredericton

« Nous marcherons dans la ville pour célébrer la diversité, la culture et la fierté. C'est un moyen pour la communauté de commencer à rebâtir notre foi en la collectivité », avait-il alors indiqué.

Des agents en uniforme marchent en rang près du mémorial en la mémoire des victimes de la fusillade.De nombreuses personnes s'arrêtent devant le quartier général de la police de Fredericton pour y déposer des fleurs. Photo : Radio-Canada

La Force policière de Fredericton a par ailleurs publié une mise en garde signalant que des pages de financement pour des victimes de la fusillade de Fredericton circulaient sur Internet, sans qu'elles aient été autorisées par les familles des défunts.

La police remercie les citoyens pour leur soutien

Par communiqué, la chef de police de Fredericton, Leanne Fitch, a tenu à remercier les citoyens pour leurs appuis des derniers jours.

Nous vous sommes reconnaissants de l’appui que vous nous avez démontré en laissant des fleurs et des cartes devant le poste de police.

Leanne Fitch, chef des Forces policières de Fredericton

Un livre de condoléances, destiné aux familles des deux policiers, sera mis à la disposition du public dans la salle du conseil de l’hôtel de ville de Fredericton, lundi matin.

L'Association canadienne des chefs de police (ACCP), dont les membres étaient réunis en Nouvelle-Écosse cette fin de semaine, a aussi salué la mémoire, dimanche à Halifax, des deux policiers tués à Fredericton.

Avec les informations de Mathieu Massé, Wildinette Paul et Pierre-Alexandre Bolduc

Crimes et délits

Politique