•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • Les suprémacistes blancs submergés par les antiracistes à Washington

    Les détails avec notre envoyé spécial à Washington, Philippe Leblanc

    Quelque 2000 manifestants associés à des groupes de gauche ont défilé dans les rues de Washington dimanche afin de dénoncer la tenue d'une manifestation de suprémacistes blancs, organisée à l'occasion de l'anniversaire des émeutes de l'an dernier à Charlottesville, en Virginie, lors desquelles une militante antiraciste avait été tuée.

    Les manifestants antiracistes s'étaient donné rendez-vous dès midi dans la capitale américaine afin de s'assurer que leur message soit entendu avant même la tenue de la manifestation de droite, prévue à 17 h 30.

    Des jeunes hommes noirs à une manifestation. L'un d'entre eux fait flotter un drapeau « Black Lives Matter »,De nombreux contre-manifestants arboraient les couleurs du mouvement Black Lives Matter. Photo : Reuters / Leah Millis

    Les suprémacistes blancs avaient obtenu un permis de manifester pour plusieurs centaines de personnes. Or, vers 15 h 30, seulement une vingtaine d'entre eux se sont rejoints au point de rendez-vous établis, la station de métro Vienna.

    Des policiers entourent quelques manifestants qui marchent dans la rue.Une horde de policiers en dossard jaune escortent les quelques manifestants de la droite qui se sont réunis dimanche à Washington. Aux abords, les antiracistes leur lancent des invectives. Photo : Reuters / Lucas Jackson

    Littéralement submergés par les antiracistes, ils ont dû être escortés par de nombreux policiers jusqu'au Lafayette Square, en face de la Maison-Blanche, où l'événement Unir la droite 2 devait avoir lieu.

    Notre envoyé spécial Philippe Leblanc était sur place. Revoyez le fil des événements.

    L'organisateur du rassemblement de droite, Jason Kessler, se trouvait parmi la vingtaine de manifestants escortés.

    M. Kessler avait également organisé la marche de Charlottesville, l'an dernier.

    Un jeune homme aux cheveux courts et portant un veston et une cravate ainsi que des lunettes de soleil transporte un drapeau américain sous escorte policière. Une caméra de télévision est braquée sur lui.L'organisateur du rassemblement Rally the Right 2 arrive à la station de métro Vienna/Fairfax, à Washington. Photo : Getty Images / Chip Somodevilla

    « Je ne suis pas un suprémaciste blanc, je ne suis pas un néonazi », a-t-il expliqué. Unir la droite 2 se veut « pour la liberté de parole de tout le monde », selon l'organisateur.

    Les manifestants des deux parties se sont lancé des invectives, mais sont demeurés à bonne distance grâce à des barrières qui avaient été installées par les policiers.

    La pluie a refroidi les ardeurs et les manifestants des deux parties ont commencé à se disperser dans le calme un peu avant 18 h.

    La mère de la victime se recueille en Virginie

    À Charlottesville en Virginie, Susan Bro a participé au rassemblement qui se tenait à l'endroit où est décédée sa fille, Heather Heyer, il y a exactement un an.

    Elle y a enlacé d'autres sympathisants et a demandé aux personnes présentes de lever le poing en l'air par solidarité. Selon elle, des drames similaires à celui dont a été victime sa fille se reproduiront si les États-Unis ne règlent pas ses « problèmes raciaux ».

    Susan Bro avec d'autres sympathisants portant des chandails sur lesquels est inscrit « Si vous n'êtes pas indignés, c'est que vous ne prêtez pas attention »Susan Bro avec d'autres sympathisants portant des chandails sur lesquels est inscrit « Si vous n'êtes pas indignés, c'est que vous ne prêtez pas attention » Photo : Reuters / Brian Snyder

    Par ailleurs, cinq personnes ont été arrêtées en Virginie, dont quatre à Charlottesville, en raison d'altercations, dont l'une est survenue près de la statue du général confédéré Robert E. Lee. Les deux personnes impliquées dans cet affrontement ont été accusées d'avoir perturbé l'ordre public.

    International