•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séminaire des Pères Maristes : la direction prépare une rentrée complexe

Le Séminaire des Pères Maristes
Le Séminaire des Pères Maristes Photo: Radio-Canada / Cimon Leblanc

Les mères des trois victimes du partage présumé de photos à caractère sexuel par six garçons au Séminaire des Pères Maristes refusent de rencontrer la direction individuellement.

Dans un courriel envoyé jeudi à tous les parents d’élèves impliqués dans cette affaire, soit les parents des six jeunes de 12 à 13 ans suspectés d’avoir diffusé des images compromettantes et ceux des trois présumées victimes, la direction de l’établissement propose des rencontres individuelles afin de préparer une rentrée scolaire harmonieuse.

« Nous sommes à étudier un plan pour la rentrée qui tiendra compte de la situation de chaque personne », peut-on lire dans la missive. On ajoute que « ces questions » ne peuvent être traitées en groupe « pour des motifs pédagogiques et juridiques ». « Nous avons des considérations sérieuses à discuter avec chaque parent et élève. »

Le courriel n’a rien d’encourageant pour les mères des présumées victimes, selon Ariane Litalien, auteure de la pétition déposée la semaine dernière visant à interdire le retour des six garçons lors de la rentrée scolaire à la fin du mois.

« Notre lecture du courriel est qu’on veut que tout le monde soit là à la rentrée et coexiste, alors que ce n’est pas acceptable ni pour les mères, ni pour moi », lance-t-elle.

Ariane Litalien prononce un discours derrière un lutrin. À sa gauche, des personnes tiennent des affiches en soutien aux présumées victimes  et en opposition à la direction du Séminaire des Pères Maristes.Ariane Litalien, cofondatrice du regroupement Québec contre les violences sexuelles, a pris la parole lors de la présentation de la pétition. Photo : Radio-Canada / Pascale Lacombe

Mme Litalien, cofondatrice du Collectif Québec contre les violences sexuelles, soutient que les mères ont toujours rencontré la direction en groupe. Elles souhaiteraient éviter de se retrouver isolées devant la direction et préfèrent qu'il y ait présence de témoins.

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a affirmé plus tôt cette semaine qu’il était trop tôt pour demander le retrait des six suspects, considérant que l'enquête était toujours en cours et qu'aucune accusation n'avait encore été portée contre ces jeunes.

Son ministère a malgré tout réprimandé la direction du Séminaire des Pères Maristes. Dans une lettre envoyée le 1er août, le gouvernement donnait à l'établissment jusqu'au 20 août pour lui faire parvenir divers documents et renseignements démontrant qu’elle « a anticipé les difficultés et enjeux inhérents au climat particulier qui risque de prévaloir » à la rentrée.

Le courriel de jeudi serait, selon Ariane Litalien, la réponse de l’institution à cette intervention du ministère.

Québec

Justice et faits divers