•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des obstacles persistent pour diminuer les limites de vitesse dans les rues d’Ottawa

Panneau d'indication de limite de vitesse à 40 kilomètre heure
La Ville d'Ottawa n'accorde que 50 000 $ annuellement pour l'installation de nouveaux panneaux de vitesse. Photo: Radio-Canada
CBC

Après une décennie de lobbying auprès de la province, la Ville d'Ottawa a finalement obtenu le feu vert pour réduire la vitesse à 40 km/h dans les rues résidentielles. Les coûts élevés pour implanter les nouvelles limites pourraient toutefois ralentir les ardeurs de la Municipalité.

Une nouvelle loi provinciale en vigueur depuis ce printemps donne le pouvoir aux villes d’abaisser les limites de vitesse dans des quartiers entiers en affichant des panneaux de signalisation à l’entrée et à la sortie des communautés.

Auparavant, les enseignes indiquant une limite inférieure à 50 km/h devaient être installées à tous les 300 mètres sur toutes les rues touchées.

Cette disposition représentait un fardeau pour les résidents, de qui on exigeait des pétitions s’ils voulaient faire réduire les limites de vitesse dans leur quartier. Des bénévoles d’une association communautaire de Hintonburg, par exemple, ont mis plus d’un an à faire du porte-à-porte auprès de 1300 maisons pour récolter le nombre de signatures nécessaires.

Les développeurs immobiliers payaient généralement la facture pour l’installation de panneaux dans les nouveaux quartiers.

Éliminer les pétitions

Le Comité des transports examinera une proposition de règlement qui éliminerait la nécessité pour les citoyens de remplir une pétition, lors sa prochaine réunion mercredi.

Mais un problème demeure : la Ville n’accorde que 50 000 $ annuellement pour l’installation de signalisation à l’entrée des quartiers qui veulent abaisser les limites de vitesse.

L’administration municipale estime qu’une réduction des limites de vitesse à 40 ou 30 km/h coûterait 1,58 million de dollars. Avec le budget que la Ville prévoit à l’heure actuelle, il faudrait 31 ans pour afficher les panneaux dans tous les secteurs.

Le conseiller du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, estime que les changements pourraient être plus rapides si le conseil augmentait son financement annuel. Il y a aussi d'autres moyens pour ralentir la circulation, a-t-il ajouté, comme l'installation de bornes flexibles au milieu des rues.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale