•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

50 ans de conservation pour Bleu Massawippi

Le lac Massawippi veut inciter les propriétaires d'embarcations à encore mieux les nettoyer avant d'entrer sur le lac pour prévenir l'apparition de la moule zébrée. On aperçoit ici, devant le lac, une pancarte disant : « Lavage de bateaux obligatoires »
Le lac Massawippi veut inciter les propriétaires d'embarcations à encore mieux les nettoyer avant d'entrer sur le lac pour prévenir l'apparition de la moule zébrée. Photo: Radio-Canada / Christine Bureau

L'organisme de conservation Bleu Massawippi célèbre ce samedi ses 50 ans d'existence par une traversée symbolique.

Un texte de Christine Bureau

La symbolique de ça, c’est que depuis 50 ans, on en donne des coups de rame constamment pour la protection du lac Massawippi , illustre la directrice générale de l’organisme, Michèle Gérin.

Celle qui a déjà traversé l’océan Atlantique à la rame en solitaire, Mylène Paquette, s’est adjoint des partenaires pour franchir la distance qui sépare North Hatley d’Ayers Cliff.

On en donne des coups de rame. Et tous ceux qui se joignent à nous donnent un coup de rame additionnel pour la protection et l’avenir du lac Massawippi.

Michèle Gérin, directrice générale de Bleu Massawippi

L’arrivée d’arrivée de Mylène Paquette et de ses acolytes est prévue vers 16 h 30 à la plage d’Ayers Cliff. Toute la population est invitée à participer à la fête. C’est gratuit. L’accès au site, le stationnement, tout est gratuit, insiste-t-elle.

Encore des défis

Même si l’heure est à la fête samedi, l’heure est aussi au bilan pour l’organisme.

L’état du lac Massawippi est de façon générale assez bon, mais évidemment il y a des problèmes et il y a des menaces. Bien sûr, on a encore des épisodes de cyanobactéries, on en a eu quelques-unes assez sévères cette année, explique la directrice générale.

La présence d’espèces aquatiques envahissantes, comme le myriophylle à épi, fait aussi partie de la liste de problèmes du lac.

Tout ça, c’est un problème de bassin versant, lance-t-elle. Il y a 500 kilomètres carrés d’eau qui se jettent dans le lac Massawippi. Bien sûr, il y a du drainage agricole, évidemment de l’eau qui vient des résidences, des fossés.

La moule zébrée, réelle menace

Parmi les menaces, impossible de ne pas parler de la moule zébrée, un mollusque envahissant qui a commencé récemment à envahir le lac Memphrémagog.

Le lac Massawippi serait un paradis pour la moule zébrée à cause de son taux élevé de calcium, prévient Mme Gérin.

Le défi est d’autant plus important que 10 % des nombreux bateaux qui descendent dans le lac Massawippi tous les jours viennent du lac Memphrémagog.

Une moule zébrée reposant sur une pierre.Une moule zébrée retrouvée dans le lac Memphrémagog, à Magog. Photo : Radio-Canada

Heureusement, le mollusque envahissant semble avoir épargné le lac jusqu’à maintenant.

On a commencé les recherches et je vous avoue que les nouvelles sont très bonnes jusqu’à maintenant, soutient-elle avant d’ajouter, réaliste : On peut en avoir, mais on ne le sait pas.

Si on en n’a pas, ça va être le défi : il va falloir l’empêcher d’entrer encore plus sévéremment qu’on le fait depuis une dizaine d’années, poursuit-elle.

Comment? En incitant les propriétaires d’embarcations à prendre encore plus de précautions avant d’entrer sur le lac. Ce n’est pas juste les bateaux. Les kayaks, les paddle board – n’importe quoi! – peuvent être porteurs de larves de moules zébrées.

Estrie

Environnement