•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blandine Potvin, de Val-Rita, fête ses 100 ans : portrait d'une femme venue « franciser » la région

une femme assise dans un fauteuil
Blandine Potvin dit être venue s'établir avec sa famille dans le Nord de l'Ontario pour « franciser » la région. Photo: courtoisie

Ayant emménagé dans le Nord ontarien en 1952 pour « franciser la région », Blandine Potvin, de Val-Rita, célèbre samedi son 100e anniversaire.

Originaire de Saint-Félicien, au bord du lac Saint-Jean, Mme Potvin y a fondé sa propre famille au début des années 1940.

Dix ans plus tard, la ferme qu’exploitait la famille n’était plus rentable, explique la centenaire, d’où l’idée d’aller voir ailleurs.

Il y avait un curé Payette, de Val-Rita, qui demandait du monde parce que c’était grand puis il y avait beaucoup d’espace et il disait que si on ne ramasse pas le français, ce sont les Chinois qui vont venir prendre la place.

Blandine Potvin, résidente de Val-Rita

Cinquante familles de Saint-Félicien et des environs auraient fait le périple en même temps que la famille Potvin pour s’établir entre Hearst et Cochrane.

On est venus avec nos animaux, mais ce n’était pas si bon que ça. Ils nous disaient que les espaces étaient viables, mais la saison était trop courte, donc ça ne nourrissait pas et on ne pouvait pas avoir de récoltes suffisantes, raconte-t-elle.

À la suggestion d’un voisin, le défunt mari de Mme Potvin, Edgard, a décidé de demander un emploi à la Ferme expérimentale de Kapuskasing, qu’il a tout de suite décroché. On était bien ensuite, note-t-elle.

Mais dans les moments difficiles, Mme Potvin a découvert l’Union culturelle des Franco-Ontariennes (UCFO), dont elle est devenue membre active et qui lui a fourni le soutien moral et financier dont elle avait besoin à l’époque.

Ils m’ont beaucoup aidée, ils me donnaient une chance. J’avais plusieurs enfants et il fallait que je fasse de la couture pour les habiller. Ils m’ont organisé une fois un shower et j’ai reçu plus que ce dont j’avais besoin.

Blandine Potvin, résidente de Val-Rita

La période aura forgé le caractère de la centenaire, selon sa fille Réjeanne Potvin-Vaillancourt, qui dit retenir plusieurs leçons de sa mère.

Elle m'a surtout appris à écouter d'abord avant de parler lorsqu'on est dans une foule de personnes. Quand on est à plusieurs, il y a beaucoup d'idées et il n'est pas toujours nécessaire de répondre, dit-elle.

Quant à Mme Potvin, elle dit « toujours continuer à vivre » entourée de sa famille, qui compte plus d'une centaine d'enfants, de petits-enfants et d'arrière-petits-enfants.

Une cérémonie se déroulera à 14 h au Centre communautaire de Val-Rita pour souligner les 100 ans de Mme Potvin, dont le réel anniversaire n'aura toutefois lieu que le 4 septembre.

Nord de l'Ontario

Engagement communautaire