•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appropriation culturelle et voitures polluantes au menu des jeunes libéraux

Plusieurs personnes entrain de discuter dans une salle à côté d'une installation à l'effigie du PLQ
Le 36e Congrès-Jeunes du Parti libéral du Québec s'est déroulé le samedi 11 août 2018 au Centre Pierre Charbonneau. Photo: Radio-Canada

Les jeunes libéraux ont abordé les thèmes de l'appropriation culturelle et du bannissement des voitures à essence lors de leur 36e congrès samedi, à Montréal, un événement marqué par l'annonce du déclenchement des prochaines élections provinciales par le premier ministre Philippe Couillard.

Durant toute la journée, environ 400 jeunes se sont ainsi mêlés aux députés et candidats du Parti libéral au Centre Pierre-Charbonneau, près du stade olympique de Montréal.

Le but de ce congrès, tout juste avant le lancement de la campagne électorale le 23 août, était de rassembler les libéraux, jeunes et moins jeunes, autour d’une dizaine de thèmes tels que l’immigration, la rareté de la main-d’œuvre, l’économie, l’écologie – avec l'élimination des véhicules à essence au Québec d'ici 2050 – et la représentation des minorités visibles dans les arts.

Ce dernier sujet, issu de la controverse entourant l’annulation des spectacles SLĀV et Kanata, a d’ailleurs été l’un des temps forts de la rencontre. Les jeunes libéraux ont proposé que les organismes subventionnaires d’activités culturelles, comme la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), incitent les créateurs à inclure davantage de minorités visibles en leur attribuant des subventions plus élevées, si tel est le cas.

Le premier ministre a toutefois rejeté du revers de la main cette résolution. Il a plutôt répliqué en disant qu'il ne croyait pas que « l'approche coercitive ou conditionnelle soit la meilleure dans le domaine de la création artistique ».

Philippe Couillard a également tenu à rappeler qu'il dirigeait « le parti des libertés », clamant que la « liberté artistique, elle est fondamentale ».

Les jeunes libéraux ont eu plus de chance avec une autre résolution visant à inciter le gouvernement à se pencher sur le problème de la santé mentale des jeunes et des étudiants, qui a reçu l'appui du premier ministre.

Moins de membres, moins de dons

Le Parti libéral du Québec doit composer avec une diminution du nombre de ses membres, une tendance observée dans tous les partis à l’exception de Québec solidaire, qui peut laisser penser à un désintérêt des Québécois pour la campagne électorale.

Ce congrès est donc un moyen pour le Parti libéral d’intéresser les Québécois, et notamment les jeunes, à la politique en abordant des thèmes proches d’eux. D'autant plus que cette année, le vote des 18-39 ans comptera autant que celui des baby-boomers.

« Le taux de participation dépend de la présence ou non d’un enjeu profond pour lequel les jeunes décident d’aller s’exprimer à la boîte de scrutin », a déclaré Philippe Couillard en entrevue à Radio-Canada, peu avant le lancement du Congrès-Jeunes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique