•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre accusations contre le présumé tireur de Fredericton

Les précisions de Michèle Brideau.
Radio-Canada

Matthew Vincent Raymond fait face à quatre chefs d'accusation de meurtre au premier degré, a indiqué samedi la police de Fredericton. Le présumé tireur est hospitalisé dans un état stable. Il a été arrêté vendredi après avoir été blessé dans un échange de coups de feu avec les forces de l'ordre.

Matthew Raymond demeurera en détention jusqu’à sa comparution le 27 août prochain. Son identité n'avait pas été dévoilée plus tôt afin de ne pas nuire à l'enquête en cours, ont indiqué les autorités.

Quatre personnes ont trouvé la mort dans la fusillade vendredi matin, dont deux policiers.

Le tireur a abattu les quatre victimes à l’aide d’un fusil à partir du troisième étage d'un immeuble à logements multiples, ont indiqué les forces policières de Fredericton samedi après-midi en point de presse.

Toutes les victimes ont été tuées à l’extérieur du bâtiment, près d’une voiture. Les deux policiers ont été abattus alors qu'ils intervenaient pour aider les deux premières victimes.

Une escouade d’intervention tactique a été déployée pour sécuriser les lieux.

Le réseau de santé Horizon a indiqué sur Twitter samedi matin que l'Hôpital Dr. Everett Chalmers Regional avait reçu quatre morts et un blessé à l'hôpital à la suite de la fusillade.

La chef de la police municipale de Fredericton, Leanne Fitch. La chef de la police municipale de Fredericton, Leanne Fitch. Photo : Radio-Canada

Les victimes

La police a indiqué que le lien entre les deux victimes civiles n’avait pas encore été établi. Or, l'une d'elles, Bobbie Lee Wright, 32 ans, avait indiqué sur Facebook le 2 août dernier qu'elle était en couple avec l'autre victime, Donnie Robichaud, 42 ans.

Leur lien avec le tireur demeure inconnu.

« Cette enquête est complexe et doit être approfondie », a affirmé la chef de la police municipale de Fredericton, Leanne Fitch, en invitant la population à attendre la fin de l'enquête.

S’il vous plaît, ne faites pas de spéculation.

Leanne Fitch, chef de la police municipale de Fredericton

Donnie Robichaud était un musicien, père de trois enfants.

Son cousin Shawn Callahan l’a qualifié de frère et meilleur ami, précisant qu’il était un père aimant et un musicien talentueux.

Donnie Robichaud était père de trois enfants. Donnie Robichaud était père de trois enfants. Photo : Facebook
Une photo de Bobbie Lee Wright. L'identité de la dernière victime, Bobbie Lee Wright, 32 ans, n'a été dévoilée que samedi matin. Photo : Facebook

Les deux agents tués vendredi, Sara Mae Helen Burns, 43 ans, et Lawrence Robert Costello, 45 ans, étaient tous les deux des parents.

Jackie Steeves, la femme du défunt policier, a écrit un message poignant sur Twitter.

Ce matin, un homme incroyable m’a embrassée avant de partir au travail. Ce soir, je me suis couchée en sachant qu’il ne m'embrasserait plus jamais

Jackie Steeves, femme de Robert Costello

Au nom de la famille Costello, Jackie Steeves a témoigné du dévouement de l'agent: « Il aimait les gens et la variété des appels, mais il se sentait particulièrement heureux de pouvoir désamorcer une situation qui se détériorait. Je sais qu’il a répondu à ce dernier appel avec empressement et de son plein gré. »

Les deux photos officielles des agents morts en service. Les policiers Sara Mae Helen Burns, 43 ans, et Lawrence Robert Costello, 45 ans, sont morts en service vendredi. Photo : Force policière de Fredericton/Facebook

Sara aimait passionnément son travail et s’y présentait toujours déterminée à servir cette formidable communauté.

Famille Burns

Trois des quatre victimes avaient été identifiées le jour de la tragédie. L'identité de la dernière victime, Bobbie Lee Wright n'a été dévoilée que samedi matin.

Les deux familles ont offert leurs condoléances aux proches des victimes.

Les détails concernant les funérailles des victimes n'ont pas encore été annoncés.

Le défilé de la fierté aura lieu

« Nous avons perdu quatre membres de notre communauté. J’ai dit hier que nous étions tous affligés, mais nous allons guérir ensemble. C’est ce que nous faisons », a affirmé le maire de Fredericton, Mike O’Brien.

Cette guérison commencera dimanche, puisqu’il a annoncé que le défilé de la fierté allait bel et bien avoir lieu dans les rues de la capitale.

Demain, c’est le défilé de la fierté. Nous allons marcher au travers de la ville pour célébrer la diversité. Ce sera une façon pour notre communauté de commencer à se reconstruire.

Mike O’Brien, maire de Fredericton

« C’est important de montrer que nous existons toujours comme communauté. Il y a une manière de célébrer au travers de cette triste période. »

Le maire de Fredericton, Mike O'Brien en conférence de presse. Le maire de Fredericton, Mike O'Brien en conférence de presse. Photo : Radio-Canada

Des fleurs et des peluches

De nombreux Frédérictonnais ont apporté des fleurs et des peluches devant le quartier général des Forces policières de Fredericton, à la mémoire des deux agents tués vendredi.

Samedi matin, des passants s'arrêtaient encore devant le mémorial improvisé.

Un panda en peluche et des fleurs devant un poste de police de Fredericton.Un panda en peluche et des fleurs devant un poste de police de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, le 11 août 2018, au lendemain de la fusillade qui a fait quatre morts. Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Une cinquantaine de personnes habitant près du lieu de la tragédie ont été déplacées vendredi par les autorités.

« Depuis ce soir, la Ville de Fredericton et la Croix-Rouge ont facilité l'hébergement alternatif d'environ 50 résidents », a indiqué vendredi soir le service de police de Fredericton sur Facebook.

Une centaine de personnes au moins ont participé à la veillée aux chandelles. Sur une table et sur le sol, quelques dizaines de petites bougies sont allumées. Une centaine de personnes au moins ont participé à la veillée aux chandelles. Photo : Radio-Canada

Une veillée aux chandelles

Vendredi soir, une centaine de personnes se sont rassemblées dans une église de la ville pour une veillée aux chandelles à la mémoire des quatre victimes.

Je pense qu’on leur doit bien ça, affirme Allan Dwyer, un militaire venu assister à la cérémonie avec ses deux petites filles.

Des résidents assistent à une veillée à la chandelle à l'Église anglicane St. John the Evangelist, à Fredericton, le vendredi 10 août 2018. Deux policiers de la ville faisaient partie des quatre personnes qui sont mortes dans une fusillade dans un quartier résidentiel du côté nord de la ville. Allan Dwyer a participé à la cérémonie avec ses deux petites filles à l'église anglicane St. John the Evangelist, à Fredericton. Photo : The Canadian Press / Andrew Vaughan

France Tudeau, originaire de Saint-Jean, est mère de quatre enfants. On a une belle famille, Saint-Jean ou Fredericton, c’est la même chose pour moi.

Au total, ce sont [dix] enfants qui se retrouvent sans un parent… ma tête est virée à l’envers.

France Tudeau, originaire de Saint-Jean, et mère de quatre enfants.
Samuel Fillon et France Tudeau s'adressent à un journaliste. Samuel Fillion, accompagné de son tout jeune fils, et France Tudeau, sa mère, ont participé à la veillée aux chandelles. Photo : Radio-Canada

C’est notre devoir, c’est pour soutenir une communauté, ajoute son fils Samuel Fillion, qui est venu avec son garçon, encore un poupon.

La Gendarmerie royale du Canada, responsable de la suite de l'enquête, demande l'appui du public pour obtenir des vidéos ou des photos de l'événement qui pourront l'aider dans son enquête.

Crimes et délits

Justice et faits divers