•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade meurtrière de Fredericton : retour sur le fil des événements

Des résidents assistent à une veillée à la chandelle à l'Église anglicane St. John the Evangelist, à Fredericton, le vendredi 10 août 2018. Deux policiers de la ville faisaient partie des quatre personnes qui sont mortes dans une fusillade dans un quartier résidentiel du côté nord de la ville.

Des résidents ont assisté à une veillée à la chandelle le 10 août 2018 à l'église anglicane St. John the Evangelist, à Fredericton.

Photo : The Canadian Press / Andrew Vaughan

Radio-Canada

La fusillade meurtrière de vendredi à Fredericton, capitale du Nouveau-Brunswick, a ébranlé tout le pays. Quatre personnes y ont trouvé la mort, dont deux policiers, tués alors qu'ils répondaient à un appel d'urgence.

Tout a commencé vers 7 h. Les agents Lawrence Robert Costello et Sara Burns, du service de police de Fredericton, interviennent à la suite de coups de feu tirés à l'extérieur d'un immeuble résidentiel situé au nord de la promenade Brookside. À leur arrivée, ils trouvent deux personnes au sol. Quand Costello et Burns s'approchent des victimes, ils sont tués par balle. Après un échange de coups de feu avec un suspect, les policiers entrent dans un appartement et arrêtent un homme de 48 ans. Il est transporté à l'hôpital, où il est soigné pour des blessures graves.

Des policiers et des ambulanciers paramédicaux sur les lieux de la fusillade à FrederictonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des policiers et des ambulanciers paramédicaux sur les lieux de la fusillade à Fredericton

Photo : La Presse canadienne / Keith Minchin


Voici le fil des événements

Vers 7 heures, des gens rapportent des coups de feu dans la région. Un témoin raconte avoir été réveillé à 7 h 07 par le bruit de détonations.

À 7 h 47, le Service de police de Fredericton fait sa première déclaration, sur Twitter, demandant aux gens d'éviter le secteur de la promenade Brookside en raison d'un « incident en cours ».

À 7 h 53, la police demande aux résidents du secteur de la promenade Brookside entre les chemins Main et Ring de rester à l'intérieur de leur domicile et de verrouiller leurs portes pour des raisons de sécurité.

À 8 h 17, la police fait état « de plusieurs morts », sans en préciser le nombre.

De 8 h 20 à 8 h 30, des résidents et des journalistes rapportent de nombreux coups de feu. Une vidéo captée par un voisin montre un véhicule de police blindé avançant vers l'immeuble, alors que des policiers lancent ce qui semble être du gaz lacrymogène sur une fenêtre.

À 8 h 31, la mort d’au moins quatre personnes est confirmée.

À 8 h 47, la police de Fredericton demande à la population de cesser d'appeler au poste de police en raison du fort volume d'appels qu'elle reçoit.

À 8 h 53, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, fait une déclaration affirmant que la province est « choquée et attristée ». Vingt minutes plus tard, le premier ministre Justin Trudeau offre ses condoléances.

À 9 h 25, la police affirme que l’opération est toujours en cours et demande au public d'éviter de publier informations et images sur les réseaux sociaux.

À 9 h 30, les policiers investissent un appartement et arrêtent un suspect de 48 ans. Il est transporté à l'hôpital et soigné pour des blessures graves. Son identité n'a pas été divulguée.

À 10 h 28, le service de police confirme la mort de quatre personnes, dont deux policiers.

À 11 h 04, la police lève le siège et déclare qu’il n’y a plus de menace pour le public.

À 11 h 15, un poste de commandement d'urgence provincial arrive sur les lieux de la fusillade. La GRC et une unité canine sont déjà sur place.

À 11 h 23, la police de Fredericton confirme que le suspect est soigné pour des « blessures graves ». Horizon Santé demande une nouvelle fois au public d'éviter la salle d'urgence de l'Hôpital régional Dr Everett Chalmers, où l’on constate un important déploiement policier.

À 12 h 11, le premier ministre Brian Gallant, de passage à l’émission Midi Info, propose de tenir une réflexion sur le contrôle des armes lorsque la poussière sera retombée sur l’événement.

À 13 h 00, des policiers se regroupent devant l'Hôpital régional Dr. Everett Chalmers, en guise de soutien à leurs collègues qui ont péri. Les drapeaux de l’hôpital sont en berne.

À 14 h 16, on remarque plusieurs fleurs et peluches, déposées devant les quartiers généraux de la police de Fredericton.

À 15 h 57, la police de Fredericton tweete : « L'enquête sur la fusillade de ce matin se poursuivra au cours des prochains jours, et nous apprécions votre patience alors que nous poursuivons notre travail ».

À 16 h 07, l’Université de Moncton annonce qu’elle placera ses drapeaux en berne.

À 16 h 20, les forces policières de Fredericton publient les photos des deux agents de police décédés. Il s’agit de Sara Mae Helen Burns, 43 ans, et de Lawrence Robert Costello, 45 ans.

Les deux photos officielles des agents morts en service. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les policiers Sara Mae Helen Burns, 43 ans, et Robert Costello, 45 ans, sont morts en service vendredi.

Photo : Force policière de Fredericton/Facebook

À 19 h 00, l’église anglicane St. John the Evangelist tient une veillée à la chandelle en mémoire des victimes.

À 21 h 44, le réseau CBC publie l’identité d’une des deux victimes civiles. Il s’agit de Donnie Robichaud, 42 ans.

Tôt samedi matin, la police de Fredericton annonce que le suspect, Matthew Vincent Raymond, 48 ans, fera face à quatre chefs d'accusation de meurtre au premier degré. Le nom d'une autre victime civile est dévoilé. Il s'agit de Bobbie Lee Wright, 32 ans.

Avec les informations de CBC News

Crimes et délits

Justice et faits divers