•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Gallant souhaite discuter du contrôle des armes à feu au N.-B.

Brian Gallant en entrevue
Suite à la fusillade de lundi à Fredericton, Brian Gallant souhaite ouvrir la discussion, une fois la poussière retombée. Photo: Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, était en entrevue à l'émission Midi Info, vendredi. Questionné par Manon Globensky sur la place qu'occupe le débat sur le contrôle des armes à feu au Nouveau-Brunswick, il affirme que ce dossier n'a jamais été considéré comme prioritaire auparavant.

À la suite des incidents de vendredi à Fredericton, M. Gallant souhaite ouvrir la discussion sur le contrôle des armes à feu, une fois la poussière retombée.

Nous n’avons pas vu beaucoup de ces genres d’incidents [...] je ne dirais pas que ce débat c’est quelque chose qui chauffe par ici. J’ose croire qu’après aujourd'hui, il va avoir une discussion, explique-t-il.

Brian Gallant met l’accent sur l’importance d’un débat plus rationnel qu’émotionnel.

Il faut suivre les données, les statistiques et il faut développer nos politiques basées sur cela et non sur les émotions qu’on ressent en ce moment. [...] il va avoir un temps pour discuter des politiques qui devraient être avancées à cause des événements comme celui-ci, dit-il.

Si ce genre d’événement tragique se fait rare au Nouveau-Brunswick, le premier ministre souligne qu’il faut toujours être prêts à y faire face.

Plusieurs voitures de police cernent un pâté de maisonsDes policiers arpentent la zone d'une fusillade à Fredericton le vendredi 10 août 2018. Photo : La Presse canadienne / Keith Minchin

 Plusieurs personnes sont surprises des événements parce que ce n’est pas des choses qu’on voit souvent au Nouveau-Brunswick, mais il ne faut pas penser que ça ne va jamais arriver dans notre communauté  ,raisonne-t-il.

Il assure être en communication avec les autorités de la ville de Fredericton qui, dit-il, sont en deuil des deux collègues qu’ils ont perdus, vendredi matin.

Nouveau-Brunswick

Armes à feu