•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cession des ports est une forme de souveraineté, affirme Jean-François Lisée

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, avec les propriétaires de Manger Saison, Maryse Bélanger et Luc Bélanger, à Saint-Anaclet.
Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, avec les propriétaires de Manger Saison, Maryse Bélanger et Luc Bélanger, à Saint-Anaclet. Photo: Radio-Canada / Denis Leduc
Radio-Canada

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, salue la prise de possession, par le gouvernement du Québec, des ports fédéraux de Cacouna, Rimouski, Matane et Gaspé. Il y voit une forme de souveraineté du Québec sur son territoire.

Jean-François Lisée visitait une ferme maraîchère vendredi matin à Saint-Anaclet-de-Lessard, dans la région de Rimouski. Il voulait ainsi exprimer son soutien à ce que l'on appelle la production du terroir.

Interrogé au sujet de la cession à Québec par Ottawa de ports fédéraux de l'Est-du-Québec, Jean-François Lisée a salué le geste, bien qu'il lève un drapeau jaune en disant espérer que l'argent transféré pour la réparation de ces ports soit vraiment suffisant.

Il se réjouit cependant de voir que le Québec prend la maîtrise d'actifs fédéraux. Il considère qu'il s'agit un peu d'un geste de souveraineté.

Si on contrôlait 100 % de nos affaires, ça irait encore mieux. Encore là, on paye 50 milliards par année à Ottawa en taxes et impôts, la moindre des choses, ces ports-là auraient dû être maintenus de façon à ce qu'ils contribuent à l'économie locale.

Jean François Lisée, chef du Parti québécois

Son député dans Rimouski, Harold LeBel, tenait le même discours. « Imaginez le temps qu'on a perdu, l'argent qu'on a perdu. C'est un peu à cela que ça sert, la souveraineté », a-t-il ajouté.

Pour ce qui est du scrutin d'octobre, Jean-François Lisée demeure persuadé que le Parti québécois causera la surprise et qu'il réussira à remporter cette élection, comme l’a fait René Lévesque en 1976.

D'après les informations de Denis Leduc

Bas-Saint-Laurent

Politique provinciale