•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Glissement de terrain : un risque « imminent » pour deux maisons de Sherbrooke

Le glissement s'est produit à l'endroit même où des travaux étaient en cours pour stabiliser le terrain.
Le glissement s'est produit à l'endroit même où des travaux étaient en cours pour stabiliser le terrain. Photo: Radio-Canada

Deux maisons de Sherbrooke font face à un risque « imminent » de s'effondrer en raison d'un possible glissement de terrain qui s'est amorcé mercredi, sur la rue Alfred-Desrochers, ont affirmé les autorités.

Neuf personnes ont été évacuées jeudi et ont été prises en charge par la Croix rouge pour une durée indéterminée.

À partir du moment où on considère que c'est un risque imminent, ça veut dire qu'on considère que la maison est en danger. Tant et aussi longtemps qu'on n'aura pas de certitude à l'effet qu'il n'y a pas de danger ou qu'il n'y aura pas de travaux pour corriger la situation, c'est à risque, a expliqué vendredi Jean-Sébastien Forest, directeur régional de la sécurité civile pour l'Estrie et la Montérégie

Le glissement s'est produit à l'endroit même où des travaux étaient en cours pour stabiliser le terrain. Des analyses sont en cours pour évaluer le danger et les travaux qui seront nécessaires pour stabiliser correctement l'endroit.

Ça risque d'être long... et c'est la particularité qui est la plus dramatique, déplorait le directeur de la sécurité civile à la Ville de Sherbrooke, Stéphane Simoneau. On sort des familles qui ne s'attendaient pas du tout à ça même s'il y a une problématique de mouvements de sol. Là, on les avertit qu'on les sort de chez eux à quelques semaines de la rentrée scolaire avec des jeunes enfants.

Des questions sans réponse

Benoît Vaillancourt et sa famille sont parmi ceux touchés par le glissement de terrain. Ils devront attendre des jours, voire des semaines avant de rentrer chez eux. Des travaux de stabilisation était justement en cour sur son terrain lorsque le glissement est survenu.

On ne s’attendait pas à ça évidemment. Pour nous, on faisait les travaux et tout était sous contrôle. On avait hâte à la fin pour que la tourbe soit replacée et qu’on ait enfin notre place, raconte-t-il. Les récents travaux amorcés soulèvent des questions dont il n'a pas la réponse.

Comme j’ai acheté une résidence qui était déjà construite, ce n’est pas moi qui ai fait le remblai. Pourquoi est-ce que présentement, quand on excave, on trouve des souches, des troncs d’arbres? Je n’ai pas la réponse et je n’ai aucune idée qui l’a fait ou qui ne l’a pas fait, poursuit-il.

Selon lui, les travaux coûteront de 100 000 $ à 120 000 $, sans compter que la sécurité civile pourrait exiger d'autres travaux une fois son analyse terminée.

On va évaluer les recours, voir ce qu’on peut faire et de quelle manière on peut le faire, conclut-il.

Estrie

Justice et faits divers