•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade à Fredericton : onde de choc jusqu’en Saskatchewan

Des policiers déployés à l'arrière d'une ambulance.

De nombreux services d'urgence sont intervenus sur les lieux de la fusillade, à Fredericton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La fusillade survenue vendredi matin, à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, a provoqué une onde de choc dans tout le Canada, notamment en Saskatchewan.

Le service de police de Fredericton confirme la mort de deux de ses agents et de deux autres personnes. Un suspect a été arrêté.

À Regina, le service de police a mis ses drapeaux en berne devant son quartier général. Dans un message Twitter, le service a tenu à transmettre ses condoléances aux collègues policiers touchés par la tragédie. « Nous sommes avec vous », a-t-il ajouté. Evan Bray, le chef de la police, a souligné que ses prières vont vers Fredericton afin que la communauté puisse se remettre de la tragédie.

Trois drapeaux sont en berne, la prise de photo de caméra est de haut, et on voir le ciel.

Un geste de soutien envers la force policière de Fredericton

Photo : Radio-Canada / Matthew Howard

Le chef de la police de Saskatoon, Troy Cooper, a également utilisé Twitter pour montrer son soutien aux membres de la force policière de Fredericton. Les pensées du service de police de Saskatoon ont aussi été transmises à la communauté de la capitale néo-Brunswickoise ainsi qu'à ses policiers.

D'autres réactions

Originaire de Fredericton, la Fransaskoise Christiane Guérette raconte avoir appris la nouvelle alors qu’elle n’était pas encore sortie du lit. « Ç'a frappé fort, parce que mes enfants sont là présentement. »

Ses enfants passent plusieurs semaines chaque été au Nouveau-Brunswick. Ils devaient se rendre à Fredericton, vendredi, mais cette nouvelle les a forcés à changer de plan.

« C’est un quartier assez tranquille », raconte celle qui a grandi dans la capitale provinciale, en parlant de Brookside, là où est survenue la fusillade. « Donc, ça surprend absolument. »

« Ça fait de la peine de penser que la communauté fait maintenant partie des communautés qui ont été affectées par une fusillade », regrette-t-elle.

Elle se dit très étonnée que ce genre d’évènement, comme la fusillade de 2014 à Moncton, se produise au Nouveau-Brunswick.

Ce soir, on va embrasser nos familles et nos amis un peu plus fort avant de se coucher. […] On va passer à travers ensemble.

Christiane Guérette, originaire de Fredericton

Un enseignant de Prince Albert, originaire de Dahlousie au Nouveau-Brunswick, affirme lui aussi qu'il connait bien Fredericton, qu'il qualifie de ville très calme. Rémi Joncas y était il y a quelques jours, et y passera à nouveau dans deux jours.

Capture d'écran d'une publication Facebook de Rémi Joncas. Il partage un article de CBC sur la fusillade avec pour commentaire « Gens de Fredericton, faites attention ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le drame fait réagir un enseignant de Prince Albert originaire du Nouveau-Brunswick.

Photo :  Facebook

Saskatchewan

Justice et faits divers