•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'un des piliers de SOS Monfort, Jacques Blouin, décède à 66 ans

Un homme en costume.
M. Blouin a été directeur général de la Fondation de l'Hôpital Montfort. Photo: Courtoisie
Radio-Canada

Directeur général de la Fondation de l'Hôpital Montfort à l'époque du Mouvement SOS Montfort de 1997 à 2004, Jacques Blouin est décédé mercredi à l'âge de 66 ans.

« C'était quelqu'un qui aimait les gens, qui aimait s’impliquer, qui aimait rassembler les gens autour de certaines causes », a témoigné son fils Jonathan.

Jonathan Blouin répond aux questions d'un journaliste.Jonathan Blouin, fils de Jacques Blouin. Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Dossier Montfort

La campagne la plus importante pour Jacques Blouin a sûrement été SOS Montfort, a soutenu son fils.

M. Blouin a été une figure clé dans l'organisation de l'événement, qui a permis à l'hôpital de demeurer ouvert.

À l'époque, M. Blouin avait organisé le grand rassemblement du 22 mars 1997 et avait loué le Centre civique d’Ottawa sur un coup de tête, sans savoir combien de gens allaient se présenter, a raconté Jonathan Blouin. Ça a été des moments d’angoisse au début, puis probablement son plus grand moment de fierté, en voyant les plus de 10 000 personnes au Centre civique.

Les funérailles auront lieu à 11 h, le jeudi 16 août 2018 à l’église Ste-Euphémie de Casselman.

Me Ronald Caza, qui a été un directeur de l'Hôpital Montfort à l'époque où Jacques Blouin y était, se rappelle l'apport de cet homme.

On a décidé d’organiser un rassemblement pour faire en sorte que ça devienne un événement d’envergure nationale, s'est-il rappelé. [M. Blouin] a organisé le transport par autobus de milliers de personnes, faisant en sorte que 10 000 personnes soient à ce rassemblement. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles Montfort a été en mesure de demeurer ouvert.

Par voie de communiqué, l'actuel président-directeur général de l'Hôpital Montfort a déclaré être attristé par la nouvelle du décès de M. Blouin. Il a fait une contribution importante à la survie de l'Hôpital Montfort et son départ est une grande perte pour la communauté, a soutenu le Dr Bernard Leduc.

Me Ronald Caza répond aux questions d'un journaliste dans la salle de nouvelles d'ICI Ottawa-GatineauMe Ronald Caza affirme que Jacques Blouin laisse son énergie et son talent d’organisateur en héritage. Photo : Radio-Canada

Jacques n’était pas quelqu’un qui était pour se vanter et dire ''j’ai fait ci, j’ai fait ça'' – il l’a juste fait.

Me Ronald Caza

Engagement communautaire et francophonie

Jacques Blouin s’est engagé auprès des écoles de ses enfants pour, par la suite, prendre racine dans l’Est ontarien. Il a épousé les causes les unes après les autres. Ça lui tenait très à coeur, a noté son fils.

Il a été confronté à des moments plus difficiles dans les années 1990, notamment la fermeture de certaines écoles dans l'Est ontarien, ce qui l’a amené à s’engager auprès de l'Association canadienne-française de l'Ontario (ACFO) et de Centraide Prescott-Russel, entre autres.

Il ne comptait pas son temps, il ne comptait pas ses heures.

Jonathan Blouin, fils de Jacques Blouin

Jonathan Blouin a expliqué que sa famille et lui étaient fiers de voir leur père s'engager autant au sein de leur communauté. Je pense qu’un des plus beaux héritages qu’il nous laisse, c’est le devoir de s’impliquer et de ne pas avoir peur de se rassembler et de monter aux barricades si ça devient nécessaire, a-t-il conclu.

Me Caza a raconté que Jacques Blouin a fait partie d’un petit groupe de personnes qui a sillonné les communautés francophones de l’Ontario pour convaincre la communauté de l’importance d’enchâsser des protections pour les Franco-ontariens dans la Constitution.

Il était toujours de bonne humeur et il souriait toujours.

Me Ronald Caza

Lorsqu’on regarde ce que Jacques a fait, son rôle à la Fondation de l’Hôpital Montfort, son rôle au Conseil scolaire de l’est de l’Ontario [...] on voit qu’il était un pilier pour faire avancer les dossiers qui devaient être avancés pour la minorité [francophone], a-t-il soutenu.

Selon Ronald Caza, il est important que les gens se souviennent de Jacques Blouin. Ce que Jacques a légué, c’est son énergie et son talent d’organisateur, a-t-il conclu.

Avec les informations de Christian Milette et de Jean-Sébastien Marier

Ottawa-Gatineau

Société