•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan peu impressionnée par Ottawa dans le dossier saoudien

Deux hommes un à côté de l'autre regardent la caméra
Lyle Stewart et Scott Moe lors d'un point de presse jeudi midi Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le ministre de l'Agriculture de la Saskatchewan accuse Ottawa d'avoir déclenché des hostilités avec l'Arabie saoudite pour des raisons strictement politiques. Selon Lyle Stewart, les fermiers feront les frais de cette décision du gouvernement Trudeau.

Un tweet dans lequel le ministère canadien des Affaires étrangères du Canada demande la libération d'activistes emprisonnés en Arabie saoudite est à l'origine du litige.

Lyle Stewart estime que même si le Canada doit plaider par l’exemple en matière de droits de la personne, celui-ci devrait éviter de tourner le fer dans la plaie, lorsque les relations commerciales sont en jeu.

Le ministre dit aussi craindre que l’annonce de la liquidation de tous ses actifs canadiens par l’Arabie saoudite ne menace la survie de G3, une société de mise en marché de grain basée à Winnipeg, et coentreprise de SALIC, la Compagnie d’investissement en agriculture et élevage de bétail de l‘Arabie saoudite.

L’Arabie saoudite se départit de tous ses actifs au Canada, ce qui pourrait éliminer une des options auxquelles ont accès les fermiers pour la mise en marché de leur grain.

Lyle Stewart

L'entreprise G3 a répondu par courriel jeudi après-midi qu'elle ne ferait pas de commentaires relativement aux affirmations du gouvernement de la Saskatchewan. « Nous souhaitons un prompt rétablissement à M. Stewart », conclut le message.

Jeudi matin, Lyle Stewart a annoncé être atteint du cancer et qu'il remettait sa démission. Il continuera d'agir comme ministre de l'Agriculture jusqu'à ce qu'un nouveau ministre soit nommé.

Un litige qui met à l'avant-plan l’importance des pipelines

De son côté, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, affirme que depuis longtemps, la Saskatchewan compte sur le gouvernement fédéral pour entretenir des relations saines avec ses partenaires commerciaux.

Il ajoute que le fait que le Canada importe environ 10 % de son pétrole de l’Arabie saoudite met de l’avant l’importance du transport du pétrole sur le territoire canadien et les besoins en matière de pipeline au Canada.

« Nous partageons les préoccupations d’Ottawa sur la question des droits de la personne, mais nous avons aussi des préoccupations quant à nos possibilités d’échanges commerciaux, afin de faire profiter ces nations des produits non seulement de l’Ouest, mais de partout au pays », a-t-il déclaré.

Le ministre saoudien de l'Énergie a indiqué au Canada que le différend diplomatique entre Riyad et Ottawa n'affectera pas les ventes de pétrole.

Du côté d'Ottawa, le gouvernement continue de défendre sa position. Lors d'une visite à Montréal mercredi, le premier ministre Justin Trudeau a souligné que les Canadiens s'attendent à ce que leurs élus défendent les droits de la personne, partout dans le monde.

Saskatchewan

Politique internationale