•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fille de 11 ans mordue par un pitbull

Une jeune fille de 11 ans qui porte une écharpe à son bras pose pour la caméra.
Rébéka St-Amand a été mordue par un pitbull lundi. Photo: Radio-Canada

Un homme entreprend un combat contre les chiens de type pitbull à la suite de morsures que sa fille de 11 ans a subies, lundi soir. Patrice St-Amand n'en veut pas au propriétaire de l'animal, mais souhaite que la loi sur les chiens dangereux soit révisée.

Rébéka St-Amand était chez une copine lorsque le chien s'en est pris à elle. La famille de son amie gardait le pitbull d'un proche. Les deux filles l'avaient sorti de sa cage pour le flatter lorsque l'attaque est survenue. Rébéka a été mordue au bras et au visage.

« J'ai eu très peur, parce que je ne m'y attendais pas du tout, et ça faisait mal, explique Rébéka St-Amand. Ça brûlait et je n'étais plus capable de parler. Je sais qu'il y a des marques qui vont rester là, mais je suis sûre que je vais guérir bientôt. »

Après l'accident, Patrice St-Amand a conduit sa fille à l'hôpital, où elle a été soignée pour des blessures mineures. Il a ensuite porté plainte à la police.

Une jeune fille montre sa manche afin de montrer ses blessures.Rébéka St-Amand a été mordue au bras lundi dernier par un pitbull. Photo : Radio-Canada

Le père a contacté le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, pour demander que la loi sur les chiens dangereux soit révisée. « Prochain gouvernement qui va être là, je vais faire de quoi pour qu'il passe une loi, parce que le gouvernement du Québec renvoie ça aux municipalités. Les municipalités ne savent pas trop quoi faire et [elles ne] veulent pas mettre de loi. »

Patrick St-Amand pose pour la caméra dans un parc. Patrice St-Amand interpelle le gouvernement provincial pour que la loi sur les chiens dangereux change. Photo : Radio-Canada

Il n’y a pas de danger jusqu'à tant qu'il arrive de quoi, et là, c'est arrivé à ma fille. Peut-être que certains ne m'aimeront pas, mais il y a des choses qu'il faut qui changent.

Patrice St-Amand, père de Rébéka

Pas de négligence

Les policiers ont conclu qu'il n'y a eu aucune négligence de la part du propriétaire du chien. L'animal a été confié mardi à la SPA Mauricie pour subir une analyse comportementale.

Nous avons tenté de joindre la SPA pour savoir ce qu'il adviendra du chien, mais sans succès.

Mauricie et Centre du Québec

Justice et faits divers