•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec investit 200 millions pour moderniser l'Hôpital de Saint-Jérôme

Vue panoramique de l'hôpital.
L'Hôpital régional de Saint-Jérôme a été construit dans les années 1960. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le gouvernement du Québec a annoncé vendredi un projet d'agrandissement et de rénovation de l'Hôpital régional de Saint-Jérôme. L'établissement, construit dans les années 1960, est vétuste et beaucoup trop petit, compte tenu de l'augmentation de la population des Basses-Laurentides.

Un texte de Davide Gentile

Début juin, des médecins lançaient un cri d'alarme sur les ondes de Radio-Canada, dénonçant le manque d'espace qui force même certains patients à frôler les poubelles dans les corridors du bloc opératoire.

Selon ce qu'a appris Radio-Canada, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, répond en partie aux demandes des médecins et des travailleurs de l'hôpital avec l'annonce qui a été faite vendredi.

Il s'agit de la première étape d'un nécessaire agrandissement attendu depuis longtemps à Saint-Jérôme.

Les secteurs opératoires

Le ministre Barrette a annoncé l'agrandissement de tous les secteurs opératoires de l'établissement. Le projet de 200 millions de dollars prévoit l'ajout de 4 salles d'opération, 3 lits aux soins coronariens, 8 lits aux soins intensifs, 8 civières en salle de réveil, ainsi que 22 civières pour la chirurgie d'un jour, 1 salle pour la chirurgie ophtalmologique et 2 salles pour l'endoscopie.

« L'hôpital, il est vieux, il est vétuste et il est à bien des égards [...] dysfonctionnel parce que la médecine d'aujourd'hui se pratique dans des environnements qui sont bien différents », a affirmé le ministre lors de l'annonce.

En juin, Radio-Canada avait constaté que l'exiguïté des lieux freinait le travail en salle d'opération et posait même des risques sur le plan de la salubrité. L'encombrement est tel que les pompiers de Saint-Jérôme ont sommé l'hôpital de dégager les corridors d'évacuation, dont certains sont jonchés d'objets, faute de place.

Le manque d'espace pose des problèmes à l'urgence, qui est l'une des plus engorgées du Québec. « C'est clair que d'ajouter des lits aux soins intensifs ou aux soins coronariens, ça va nous permettre de sortir plus vite certains patients qui attendent trop longtemps à l'urgence », affirme une source bien au fait du dossier.

La direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides a présenté au gouvernement un projet qui prévoit la construction de sept étages au-dessus de l'urgence actuelle.

« Le projet qu'on a déposé permet de presque doubler l'espace disponible », indiquait en juin le PDG du CISSS, Jean-François Foisy.

L'annonce de Québec est la première et la plus importante des deux phases principales. « Il faudra [...] aussi ajouter des lits d'hospitalisation et rénover l'unité des naissances », indique notre source qui a préféré garder l'anonymat.

Lors du passage de Radio-Canada en juin, le seul bain de l'unité des naissances était brisé depuis des mois. Et le manque de lits d'hospitalisation aux étages contribue aussi à l'engorgement de l'urgence, qui doit parfois garder des patients sur une civière, faute de place dans les départements spécialisés.

Autres annonces

Gaétan Barrette a par ailleurs fait deux autres annonces vendredi dans les Laurentides. L'une d'entre elles concernait l'Hôpital de Mont-Laurier, où la rénovation de certaines chambres et de la pharmacie de l'hôpital a été autorisée.

L'établissement, qui compte encore plusieurs chambres à quatre ou six patients, veut créer plus de chambres individuelles pour mieux contrer les infections. L'Hôpital de Mont-Laurier a un indice de vétusté de E, ce qui signifie, selon le Conseil du Trésor, qu'il est en très mauvais état. Le projet, estimé à 22 millions de dollars, doit être terminé d'ici 5 ans.

Le ministre a également annoncé la création d'un centre de réadaptation pour jeunes en difficulté d'adaptation dans la région de Sainte-Thérèse. Le projet, dont le coût s'élève à 110 millions de dollars, devrait être terminé en 2023.

Grand Montréal

Politique provinciale