•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’aéroport Montréal-Trudeau de nouveau alimenté en kérosène par pipeline

Vue panoramique de l'aéroport.
Durant la fermeture de l’oléoduc, le kérosène était acheminé par camions-citernes vers l’aéroport. Quelque 4 millions de litres de carburant y sont consommés chaque jour. Photo: Getty Images / AFP/Daniel Slim

Pipelines Trans-Nord annonce la reprise de l'exploitation du pipeline qui alimente en kérosène l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal. Il avait été fermé en urgence le 3 août « par mesure de précaution », le temps d'une inspection.

Son exploitation a repris jeudi matin, précise l’entreprise, indiquant que « les six excavations de surveillance d'intégrité et les travaux d'entretien et de réparation ont été effectués en toute sécurité et sans incident ».

Pipelines Trans-Nord avait déjà affirmé qu’il n’y avait « pas eu de fuite de produit du pipeline ». Elle affirme avoir pris la décision de fermer le pipeline conformément à son programme de surveillance et à ses obligations réglementaires.

Entre-temps, le kérosène était acheminé par camions-citernes vers l’aéroport. Quelque 4 millions de litres de carburant y sont consommés chaque jour.

Pipelines Trans-Nord a fait l’objet de critiques, notamment de l'environnementaliste Steven Guilbeault, cofondateur d'Équiterre, pour qui cette situation n'a rien de surprenant. Il a qualifié l’entreprise d’« irresponsable  ».

« Elle ne prend pas soin de ses équipements, au risque de [mettre en danger] la santé de la population et la qualité de notre environnement », a-t-il dit.

M. Guilbeault ajoute du même souffle que des organisations gouvernementales, comme l’Office national de l’énergie, n'en font pas assez pour « s’assurer que ce genre de choses ne se produise pas ».

L'oléoduc Trans-Nord, dont la construction remonte au début des années 1950, transporte des produits pétroliers de Montréal à Nanticoke, au sud de Toronto, sur une distance de 850 kilomètres.

Entre 2004 et 2017, on y a enregistré 79 incidents ayant entraîné le déversement de près d'un millier de barils de produits pétroliers.

Industrie pétrolière

Environnement