•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort à l’aéroport de Calgary : l’enquête s'annonce complexe

Écusson de l'Agence des services frontaliers du Canada sur l'uniforme d'un agent.
L'altercation avec des employés de l'Agence des services frontaliers du Canada est survenue à bord d'un avion. Photo: La Presse canadienne / Adrian Wyld

La police a dévoilé de nouveaux détails sur l'homme mort à la suite d'une altercation avec des agents des services frontaliers à l'Aéroport international de Calgary. L'enquête pourrait toutefois être longue et complexe.

Les enquêteurs n’ont cependant pas révélé l’identité de l’homme de 49 ans parce que ses proches n’avaient pas encore été informés de son décès. Selon les enquêteurs, ces derniers seraient difficiles à trouver. Ils n’ont par ailleurs pas spécifié l’origine de l’homme mort mardi.

On a cependant appris qu'il résidait à Calgary depuis plusieurs années.

Altercation à bord

La police confirme également que l’homme de 49 ans se trouvait à bord d’un avion du transporteur aérien KLM en partance pour Amsterdam au moment de l’altercation avec les deux agents des services frontaliers.

Celle-ci aurait éclaté vers 15 h. L'homme a ensuite été conduit à l’hôpital, où son décès a été constaté vers 16 h 30.

Une autopsie a été pratiquée, mais les résultats définitifs pourraient cependant ne pas être connus avant 6 mois.

Témoins éloignés

L’enquête pourrait être longue parce que de nombreux témoins se trouvaient à bord du même vol, qui a finalement décollé après l’incident.

La police de Calgary est en contact avec les autorités néerlandaises pour tenter de retrouver les passagers de l’avion qui ont assisté à l’altercation. Selon le sergent Colin Chisholm, les entrevues avec les témoins pourraient se faire au téléphone, si nécessaire.

« Nous voulons parler à tout le monde, précise-t-il. Nous voulons que ce soit une enquête juste et impartiale. »

Protéger l'enquête

La police de Calgary ne veut pas dévoiler les circonstances exactes de la mort de l'homme pour ne pas influencer des témoins potentiels. Elle demande d’ailleurs aux personnes ayant assisté à la scène de communiquer avec les enquêteurs.

Colin Chisholm dit ne pas s’attendre pour l’instant à ce que des accusations soient déposées contre les deux agents des services frontaliers qui ont participé à l'intervention.

Alberta

Forces de l'ordre