•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cours en français pour se préparer à l'examen du permis de conduire

Un homme habillé en costume fait la classe à une dizaine d'élèves - immigrants francophones, assis autour de tables installés en L.
L'instructeur Moez Haji décortique le guide du conducteur albertain aux francophones désireux de passer leur permis de conduire. Photo: Radio-Canada / Nelly Albérola
Radio-Canada

De nombreux nouveaux arrivants, notamment francophones, échouent à l'examen écrit du permis albertain. Non parce qu'ils ne savent pas conduire, mais, bien souvent, car ils n'ont pas compris les questions. C'est pourquoi le Centre d'accueil francophone de Calgary propose des cours de préparation en français, à la Cité des Rocheuses.

Un texte de Nelly Albérola

Page par page, l’instructeur d’auto-école revient sur tous les points importants du Guide du conducteur albertain. Il faut dire que ce dernier, s’il est disponible en français, est écrit dans un langage technique qui peut être fastidieux, même pour ceux dont le français est la langue maternelle.

« Il y a un passage, par exemple, où ils t’apprennent à te garer… par écrit! », s’étonne Aurélie Doucet, originaire de France. « Je trouve ça assez hallucinant et je me suis même endormie devant! »

Le Guide du conducteur albertain est long, sans exemples concrets ni mises en situation. Au moins, ici, on en a.

Aurélie Doucet, originaire de France

Même chose pour les questions à choix multiples de l’examen, dont les subtilités canadiennes échappent parfois aux étrangers.

« On se dit que les quatre réponses ont l’air correctes, mais il y a une petite nuance entre les réponses, ce qui fait que seulement l’une d’entre elles est la bonne », souligne l'instructeur Moez Haji.

Une feuille imprimée sur laquelle il est écrit "Information sur la délivrance du permis de conduire".Le guide du conducteur albertain est disponible en Français sur Internet, mais aussi au Centre d'acceuil francophone de Calgary. Photo : Radio-Canada / Nelly Albérola

Multiples tentatives

Une légère différence de sens que Bibiche Benabiayau a bien du mal à distinguer. « Ce sont des questions pièges! », dit-elle, non sans humour. Voilà déjà cinq fois qu'elle tente l'examen sans jamais l'obtenir.

Une fois, j'ai réussi à avoir vingt bonnes réponses, mais après, je me suis perdue dans les questions.

Bibiche Benabiayau, originaire du Congo-Kinshasa

La nouvelle arrivante conduit pourtant depuis longtemps dans son pays. Sans une entente réciproque entre son pays d'origine (Nouvelle fenêtre), la République démocratique du Congo, et le Canada, elle ne peut pas simplement échanger son permis de conduire contre un document albertain, et doit refaire tout le parcours, comme quelqu'un qui n'a aucune expérience.

En moyenne, une personne sur deux échoue à l’examen écrit du permis de conduire en Alberta. Un test qui peut être réalisé en français.

Alberta

Transports