•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

McGill demande la collaboration de ses médecins résidents en prévision du départ de 225 Saoudiens

Le campus de l'Université McGill, bordé d'arbres au cœur du centre-ville de Montréal.
Le réseau de l'Université McGill compte 225 médecins résidents saoudiens qui devront quitter le pays. Photo: Radio-Canada / Martin Thibault
Radio-Canada

Un courriel envoyé à l'ensemble des résidents du Département de médecine de l'Université McGill invite à l'entraide en prévision du départ des 225 résidents saoudiens que compte le réseau de l'institution.

Un texte de Jean-Philippe Guilbault

Dans son message, le directeur du programme de médecine interne et du programme de résidence, Ahsan Alam, précise que les résidents saoudiens doivent quitter le pays d’ici la fin du mois d’août.

« Nos résidents saoudiens sont stupéfaits et inquiets pour leur avenir », est-il également précisé dans le courriel envoyé jeudi matin.

Ajustements nécessaires

Les horaires cliniques seront ajustés afin que les résidents saoudiens puissent organiser leur départ.

« Même si notre programme fera tout ce qu’il peut pour assurer une couverture alternative, nous ne pouvons remplacer tous ces résidents saoudiens avec notre équipe de réserve et nous devons composer avec les contrats de résidence de la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) », ajoute M. Alam dans son courriel.

La FMRQ a d’ailleurs publié un communiqué mercredi soir dans lequel elle invite ses membres « qui seraient affectés par la situation actuelle dans le cadre de leur travail dans les milieux » à communiquer avec elle.

« Nous suivons activement le dossier afin de nous assurer que les droits de nos membres et la qualité de l’enseignement qui [leur] est offert ne s’en trouveront pas affectés », assure la FMRQ.

« Prêts à quitter le Canada »

En entrevue au réseau Al-Arabiya, l’ambassadeur saoudien au Canada, Naif bin Bandar Al-Sudairi a indiqué que les étudiants présents au pays étaient fin prêts à quitter le Canada pour rentrer au bercail.

« Les Saoudiens qui étudient au Canada à leurs frais sont prêts à quitter le pays », a-t-il assuré après avoir déclaré que les patients saoudiens qui se trouvaient au Canada avaient été transportés hors du pays.

Ces départs s’inscrivent dans la série de sanctions imposées au Canada par l’Arabie saoudite en plein conflit diplomatique entourant les arrestations de militants des droits des femmes au sein du royaume wahhabite.

Politique fédérale

Santé